Cailles es­ti­vales du Da­nube

Connaissance de la Chasse - - Infos Etranger -

Cer­taines grandes plaines cé­réa­lières de Rou­ma­nie concentrent, en pé­riode es­ti­vale, des den­si­tés sur­pre­nantes de cailles des blés. Ce­ci est par­ti­cu­liè­re­ment vrai dans le del­ta du Da­nube où al­ternent chaumes de blé, par­celles de lu­zerne, de maïs et de tour­ne­sol ain­si que de la vigne. Au coeur de ce sec­teur, l’agence Chasses Loin­taines, du Gi­ron­din An­dré Cas­sa­net, dis­pose d’un droit d’en­trée sur un ter­ri­toire pri­vé de 20000 ha. C’est ain­si qu’entre le 17 et le 23 juillet 2016, le voya­giste et un groupe de ses clients se sont ren­dus sur place pour faire l’ou­ver­ture des pe­tits pha­sia­ni­dés. En rai­son de tem­pé­ra­tures ca­ni­cu­laires, la chasse n’a été ren­due pos­sible que du le­ver du jour au mi­lieu de ma­ti­née, soit entre 6h30 et 10h30. Or, du­rant ces quatre heures ma­ti­nales quo­ti­diennes, les cinq fu­sils pré­sents, as­sis­tés par les guides et les chiens de l’or­ga­ni­sa­tion lo­cale, ont cha­cun pu ré­col­ter une moyenne de 19 oi­seaux, ce qui est une très belle prouesse. Les groupes sui­vants ont connu des ré­sul­tats si­mi­laires. L’hé­ber­ge­ment est si­tué au coeur d’une sta­tion bal­néaire, dans un hô­tel 4* im­plan­té à 500 mètres de la plage. Avec 7 élands de Der­by, 1 lion, 4 buffles, 4 ko­bas, 1 da­ma­lisque et une ri­bam­belle d’autres an­ti­lopes, le guide fran­çais Her­vé Hou­de­bine, qui of­fi­cie pour le compte de la com­pa­gnie es­pa­gnole Mayo Ol­di­ri Sa­fa­ris, a toutes les rai­sons d’être par­ti­cu­liè­re­ment sa­tis­fait de sa sai­son 2015-2016 dans la sa­vane nord-ca­me­rou­naise. S’il nous confesse n’avoir pas fait tom­ber de trophées d’ex­cep­tion, il reste ra­vi d’avoir pu faire réa­li­ser un peu com­mun dou­blé de ko­bas (hip­po­tragues rouans). Her­vé ex­plique : « En ce 31 dé­cembre 2015, pre­mier jour de sa­fa­ri pour le couple Ju­lie et Brad, nous re­cher­chions des élands quand nous avons sou­dain croi­sé deux ko­bas qui se pour­sui­vaient au grand ga­lop en dé­cri­vant de larges cercles au­tour de nous sans se sou­cier de notre pré­sence. De toute évi­dence, il y avait conten­tieux entre ces deux mâles à pro­pos de la do­mi­na­tion d’un trou­peau. Ce com­por­te­ment m’a don­né l’en­vie d’al­ler voir la scène de plus près avec, je l’avoue, une pe­tite idée der­rière la tête. Après une courte marche, nous re­trou­vons les deux com­bat­tants très oc­cu­pés à ré­gler leurs comptes. Ils sont à en­vi­ron 70 mètres. Je de­mande à Brad de ti­rer ce­lui de gauche. Il est prompt et une balle de 416 Rem fou­droie l’an­ti­lope sur place. L’arme est im­mé­dia­te­ment trans­mise à Ju­lie qui sèche d’aus­si belle ma­nière le se­cond pro­ta­go­niste, qui se de­man­dait en­core comment son ad­ver­saire avait si fa­ci­le­ment ab­di­qué. Un dou­blé peu com­mun. »

Les grandes plaines cé­réa­lières du del­ta du Da­nube concentrent les cailles en été.

Deux bons ko­bas en quelques se­condes, chose rare.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.