Grande cri­nière à la Mé­krou

Connaissance de la Chasse - - Infos Etranger -

En poste sur la zone nord­bé­ni­noise de la Mé­krou pour le compte de la com­pa­gnie BW Sa­fa­ris, le guide fran­çais Jo­hann Jousse rentre par­ti­cu­liè­re­ment sa­tis­fait de sa sai­son 2016 et sou­ligne les très im­por­tantes den­si­tés de buffles croi­sées au fil des sa­fa­ris. C’est pour­tant de chasse au lion qu’il sou­haite nous par­ler en es­pé­rant que celle qu’il a vé­cue cette an­née ne fut pas la der­nière en rai­son des me­naces qui planent sur cette ac­ti­vi­té. Ain­si, fin mars 2016, il ac­cueille un couple de chas­seurs, des ha­bi­tués du site. Très ra­pi­de­ment, Na­tha­lie, la dame, a ré­col­té le buffle qu’elle était ve­nue cher­cher. Reste à ten­ter de mettre De­nis, son ma­ri, face au grand chat dont il rêve. Au qua­trième jour du sa­fa­ri, dans le jour nais­sant, l’équipe s’ar­rête en bor­dure de la « mare aux cro­cos » pour contrô­ler d’éven­tuelles traces. À peine est-elle des­cen­due du vé­hi­cule que des ru­gis­se­ments se font en­tendre en di­rec­tion de Ges­so­ra, à en­vi­ron un ou deux ki­lo­mètres. Jo­hann ra­conte : « Nous nous rap­pro­chons et le lion ru­git à nou­veau à quelques cen­taines de mètres de là. Il ré­pond à une fe­melle toute proche. Nous en­ta­mons une ra­pide pro­gres­sion. Quelques ins­tants plus tard, nous éta­blis­sons le contact vi­suel. L’animal, un très gros et vieux lion por­tant cri­nière, dé­am­bule tran­quille­ment à en­vi­ron 60 mètres de nous. De­nis est en place sur le tré­pied, mais le fauve s’ar­rête en plein tra­vers der­rière un arbre qui cache son épaule et nous cherche du re­gard. La scène dure plu­sieurs di­zaines de se­condes. L’émo­tion est in­tense. Fi­na­le­ment, le grand chat re­dé­marre en ne nous of­frant que son ar­rière-train. Il tra­verse alors un ma­ri­got sec et plein de bam­bous. Les grosses pluies des jours pré­cé­dents ayant ren­du le pis­tage dif­fi­cile, nous avan­çons au son. Nous pro­fi­tons de chaque ru­gis­se­ment pour ac­cé­lé­rer. Cette pour­suite dure deux heures. À leur terme, nous re­trou­vons le fuyard à près de 80 m. Il s’avance vers nous, pas à pas, pour, fi­na­le­ment, se cou­cher au pied d’une ter­mi­tière. Nous ga­gnons en­core un peu de ter­rain en le contour­nant par l’ar­rière. Le fauve se lève alors. Il est à une cin­quan­taine de mètres, bien dé­ga­gé. Dans la fou­lée, la 375 claque. La balle est dans l’épaule, mais un peu basse. Deux nou­veaux tirs sont né­ces­saires pour stop­per dé­fi­ni­ti­ve­ment l’animal. Le lion est énorme, il porte une cri­nière très four­nie, ce qui est in­ha­bi­tuel chez les su­jets d’Afrique de l’Ouest. Il me­sure 298 cm de long. Son crâne fait 38 cm de long sur 26 de large. Ses dents sont usées à l’ex­trême. »

Lion re­mar­quable du nord Bénin do­té d’une cri­nière bien four­nie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.