Qué­bec, ou­ver­ture du din­don sau­vage pour tous

Connaissance de la Chasse - - Shoppingpetite mer -

Après avoir failli dis­pa­raître au dé­but du XX siècle des États-Unis e et de l’On­ta­rio (Ca­na­da), le din­don sau­vage (dont il existe cinq sous-es­pèces en Amé­rique du Nord) fait un re­tour en force grâce à la ges­tion mil­li­mé­trée de ses pré­lè­ve­ments par la chasse. C’est ain­si que de­puis 1976, il a fait son ap­pa­ri­tion au Qué­bec via l’On­ta­rio et les États de New York et du Ver­mont (Usa). Con­cen­tré pour l’heure dans les ré­gions de l’Es­trie, de l’Ou­taouais, du Centre-du-Qué­bec et de Mon­té­gé­rie, seuls les mâles de din­dons sau­vages por­tant une « barbe » sont, de­puis 2008 (et de­puis 2005 à titre ex­pé­ri­men­tal sur un seul sec­teur), chas­sables du­rant une pé­riode très courte com­prise entre la fin avril et le 10 ou 20 mai se­lon les zones. De­puis le mois d’avril 2016, le ministère de la Fo­rêt, de la Faune et des Parcs per­met aux chas­seurs non-ré­si­dents au Qué­bec de ré­col­ter un ou deux din­dons, se­lon les sec­teurs. Reste que les pour­voyeurs en charge de com­mer­cia­li­ser ce tout nou­veau pro­duit n’ont guère eu le temps de se re­tour­ner et leurs pro­grammes « din­don sau­vage » ne vont réel­le­ment dé­bu­ter qu’au prin­temps 2017. Avis aux ama­teurs d’une chasse d’af­fût aty­pique et aux col­lec­tion­neurs d’oi­seaux tro­phées. Cette ac­ti­vi­té prin­ta­nière peut être cou­plée du­rant une courte pé­riode du ca­len­drier avec la chasse des grandes oies des neiges ou celle de l’ours noir.

Les non-ré­si­dents pour­ront eux aus­si chas­ser le din­don sau­vage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.