À contre-sens

Connaissance de la Chasse - - Éditorial - Fran­çois-Xa­vier Al­lon­neau fx.al­lon­neau@edi­tions-la­ri­viere.fr

L’an­née 2017 com­mence bien pour lui. Ch­ris­tophe Au­bel a été nom­mé di­rec­teur gé­né­ral de l’Agence fran­çaise de la bio­di­ver­si­té, par ar­rê­té mi­nis­té­riel du 2 jan­vier der­nier. Ain­si en a dé­ci­dé Sé­go­lène Royal. Jus­qu’alors, M. Au­bel n’était « que » le di­rec­teur de l’Afb en phase d’ins­tal­la­tion. Ins­tal­la­tion réus­sie donc pour ce der­nier. Cer­tains pré­di­saient que le ba­gage de cet an­cien ins­ti­tu­teur, mi­li­tant éco­lo ac­tif, ne lui per­met­trait pas de s’im­po­ser face à des hauts fonc­tion­naires sou­cieux de ne pas lais­ser la place à un re­pré­sen­tant de la so­cié­té ci­vile. Pour leur part, les chas­seurs lui re­pro­chaient son pas­sé de di­rec­teur de l’as­so­cia­tion de la Ligue Roc/Ras­sem­ble­ment des op­po­sants à la chasse, fort op­por­tu­né­ment re­bap­ti­sée Hu­ma­ni­té et bio­di­ver­si­té. D’autres en­core met­taient en avant le fait que l’Afb était trop ou­ver­te­ment noyau­tée par Hu­ma­ni­té et bio­di­ver­si­té/Roc. Le res­pon­sable de la mis­sion de pré­fi­gu­ra­tion de l’Afb fut Ber­nard Che­vas­sus-au-Louis, pré­sident ac­tuel de Hu­ma­ni­té et bio­di­ver­si­té/Roc. Le pré­sident d’hon­neur de l’Afb n’est autre que Hu­bert Reeves, pré­sident d’hon­neur de Hu­ma­ni­té et bio­di­ver­si­té/Roc. Voi­là un en­trisme par­ti­cu­liè­re­ment fé­cond.

Mais rien n’y fie. Sou­ve­raine, Mme Royal nom­ma et confor­ta Ch­ris­tophe Au­bel. Ce­lui-ci di­rige dé­sor­mais les 1200 per­sonnes de l’Afb. Par com­pa­rai­son, l’Oncfs ras­semble 1600 per­sonnes (chiffre à la baisse). La ques­tion que l’on peut se po­ser do­ré­na­vant est : pour com­bien de temps M. Au­bel di­ri­ge­ra-t-il l’Afb ?

Le chas­seur au­rait tort de se dés­in­té­res­ser de cette no­mi­na­tion et de cette nou­velle ad­mi­nis­tra­tion. L’Afb est une idée an­cienne, très dans l’air du temps. Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet, mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment de Ni­co­las Sar­ko­zy, avait dé­jà ima­gi­né une telle struc­ture. Le fait que Nkm soit peu sen­sible aux pré­oc­cu­pa­tions des chas­seurs – doux eu­phé­misme – au­rait dû nous mettre la puce à l’oreille. Et l’idée fut re­prise na­tu­rel­le­ment au cours du sep­ten­nat sui­vant. Pré­ci­sons que les re­pré­sen­tants des chas­seurs de­man­dèrent que l’Oncfs soit ex­clu de l’Afb au nom de la dé­fense des in­té­rêts cy­né­gé­tiques. Pour se dé­ve­lop­per, l’agence de­vra en­glo­ber d’autres ser­vices, ré­cu­pé­rer de nou­veaux fi­nan­ce­ments. À terme, le risque est grand que l’Oncfs soit ab­sor­bé, di­rec­te­ment ou pas, to­ta­le­ment ou pas. L’éta­blis­se­ment ne traite-t-il pas de la bio­di­ver­si­té à tra­vers ses études et ex­per­tises concer­nant la faune sau­vage, chas­sable ou pro­té­gée ?

Le 18 avril 2012, Fran­çois Hol­lande, alors can­di­dat à l’élec­tion pré­si­den­tielle, avait écrit pu­bli­que­ment à l’en­semble des pré­si­dents des Fdc. Il leur cer­ti­fiait que « pour conduire une am­bi­tieuse po­li­tique de main­tien de la bio­di­ver­si­té sur tout le ter­ri­toire na­tio­nal, nous avons be­soin de toutes les forces vives, sans ex­clure per­sonne ». Sans ex­clure per­sonne… Et d’ajou­ter qu’« il fau­dra aus­si faire en sorte que vos connais­sances scien­ti­fiques et votre sa­voir-faire dans l’ex­per­tise na­ture de la faune sau­vage et des ter­ri­toires soient re­con­nus et res­pec­tés par l’État et par les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales ». Res­pec­tés par l’État… Cinq ans après ces tou­chantes dé­cla­ra­tions, l’Afb est confiée à un an­ti-chasse, de lourdes me­naces pèsent sur l’Oncfs, et à terme la re­pré­sen­ta­ti­vi­té des chas­seurs au sein de l’ad­mi­nis­tra­tion cen­trale de tu­telle est mise à mal. Sin­gu­lier bi­lan.

À l’heure où nous im­pri­mons, Sé­go­lène Royal n’a tou­jours pas dai­gné re­ce­voir Willy Schraen, le pré­sident de la Fnc élu en août der­nier. Ni ré­pondre à ses cour­riers d’ailleurs. Le 1,2 mil­lion de chas­seurs ne pèse-t-il guère face aux 2000 adhé­rents de Hu­ma­ni­té et bio­di­ver­si­té/Roc ? Mme Royal es­time-t-elle que le dia­logue ré­pu­bli­cain n’a plus cours ? Bonne lec­ture à toutes et à tous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.