Tik­ka T3x

PRÉ­CISE, FIABLE, FONC­TION­NELLE ET ÉCO­NO­MIQUE

Connaissance de la Chasse - - Nouvelle Carabine - par Laurent Be­du (texte), Bru­no Ber­bes­sou (pho­tos)

La Tik­ka T3x rem­place la Tik­ka… T3 ! Une seule lettre, un x, sé­pare ces deux mo­dèles. Lo­gique après tout, la T3x est la ver­sion abou­tie, amé­lio­rée de la T3. Mais elle est bien plus que ce­la éga­le­ment. Une nou­velle ca­ra­bine, très bien pen­sée, faite pour du­rer et en­du­rer et sur­tout pour chas­ser et ti­rer juste.

En Scan­di­na­vie, son fief, Tik­ka a dé­trô­né Sa­ko dans le coeur des chas­seurs de grand gi­bier. La marque est non seule­ment ré­pu­tée et ap­pré­ciée pour ses qua­li­tés et son prix rai­son­nable, mais sur­tout les Tik­ka y sont dé­sor­mais, et de très loin, les ca­ra­bines les plus ven­dues. Un suc­cès qui ne se li­mite pas qu’au grand Nord. Dans notre pays aus­si les Tik­ka comptent par­mi les best­sel­lers de la ca­té­go­rie ca­ra­bine à ver­rou de­puis bien­tôt trente ans. C’est réel­le­ment avec les mo­dèles 590 et 690, ap­pa­rus comme leur nom l’in­dique au dé­but des an­nées quatre-vingt-dix et sui­vis des 595695, que la marque s’est so­li­de­ment im­plan­tée en tête du « hit-pa­rade » des ca­ra­bines éco­no­miques. Pré­cises, lé­gères, dé­cli­nées en de nom­breux ca­libres, do­tées d’un char­geur amo­vible, les Tik­ka réunis­saient de nom­breux atouts qu’un prix al­lé­gé ache­vait de trans­for­mer en arme de sé­duc­tion mas­sive. La Tik­ka T3, dé­voi­lée en 2003, s’est fa­ci­le­ment et sans sur­prise ins­crite dans la li­gnée de ces pre­mières Tik­ka à suc­cès. La ca­ra­bine a très vite trou­vé son pu­blic et été dé­cli­née dans de nom­breuses ver­sions. Seule­ment voi­là, en 2016 et en dé­pit de son suc­cès in­tact, la T3 avait treize an­nées « au comp­teur » et les di­ri­geants de la firme fin­lan­daise se sont sans doute dit qu’il était temps de chan­ger, d’of­frir au mar­ché, aux chas­seurs et à leurs clients pas­sés ou futurs, une toute nou­velle ca­ra­bine. Voi­là sans doute pour­quoi en mars der­nier une nou­velle Tik­ka était dé­voi­lée et voi­la éga­le­ment pour­quoi, mal­gré toutes ses nou- veau­tés et in­no­va­tions, elle s’ap­pelle Tik­ka T3x. Comme si les di­ri­geants de la firme n’avaient pas vou­lu cou­per le cor­don avec la T3. Il n’en reste pas moins qu’en dé­pit d’une sil­houette as­sez proche de la T3 et d’une base com­mune, la T3x peut, et doit, être consi­dé­rée comme une nou­velle arme à part en­tière tant elle se dif­fé­ren­cie et in­nove par rap­port à sa de­van­cière. Cette ca­ra­bine al­lait-elle être beau­coup plus chère que la T3 ? La ré­ponse est non. Se­lon la ver­sion choi­sie – il y en a 24, lire en­ca­dré ci-contre –, cette nou­velle ca­ra­bine coûte de 1185 à 1690 € pour les 12 ver­sions chasse. Les 12 autres ver­sions, pro­po­sées à des prix su­pé­rieurs, concernent les gammes Var­mint, Tac­ti­cal et Spor­ter do­tées de ca­non lourd, de rail Pi­ca­tin­ny, de char­geur ral­lon­gé et de crosses spé­ci­fiques. Se­lon les ver­sions, vous au­rez le choix entre cinq et dix ca­libres : les .222 Re­ming­ton, .243 et .270 Win­ches­ter, .270 WSM, 7x64, .308 Win­ches­ter, .30-06, 7 Re­ming­ton Mag, .300 et .338 Win­ches­ter Mag et 9,3x62. De quoi faire face à toutes les si­tua­tions et être cer­tain de trou­ver la T3x adap­tée à vos be­soins. Pour cet essai, qui s’est dé­rou­lé du­rant quatre jours en Na­mi­bie, en condi­tions réelles donc, nous dis­po­sions d’une T3x Lite Ad­jus­table en ca­libre .30-06 ven­due 1440 eu­ros. Pour faire simple, une ca­ra­bine à crosse com­po­site noire, ca­non rond bron­zé et busc ré­glable. Il ne s’agit pas d’un busc dé­cou­pé comme on en trouve sur les fu­sils de tir. Il s’agit d’une plaque en forme de U à l’en­vers qui vient coif­fer le busc de la crosse. Deux tiges mé­tal­liques per­mettent de fixer le busc à la crosse mais aus­si de le dé­pla­cer en hau­teur sur ces axes. Une des tiges est cran­tée, ain­si en dé­vis­sant la mo­lette de ser­rage du busc, qui tra­verse la crosse, on peut mon­ter ou des­cendre ce der­nier. La mo­lette, si­tuée sur le cô­té droit de mon arme, est ré­ver­sible. Les gau­chers n’au­ront pas de pro­blème ni be­soin de ti­rer avec une mo­lette qui vient s’écra­ser sur leur joue.

Les crans de la tige mé­tal­lique vous offrent quatre ré­glages dif­fé­rents, quatre hau­teurs éche­lon­nées de +1 à +2,5 cm, ce qui est as­sez même avec une lunette ins­tal­lée 4 ou 5 cm au- des­sus de l’axe du ca­non, comme ce se­ra le cas de la Stei­ner fixée sur l’arme. Le cran­tage per­met aus­si de re­trou­ver fa­ci­le­ment son ré­glage fa­vo­ri.

Poi­gnées pis­to­lets in­ter­chan­geables

Les ver­sions syn­thé­tiques des T3x dif­fèrent des ver­sions bois par leur mo­du­la­ri­té. La crosse est « amé­na­geable ». Qu’est-ce que ça si­gni­fie ? Que la poi­gnée pis­to­let est dé­vis­sable et donc qu’il vous est pos­sible d’en ins­tal­ler une autre dif­fé­rente. Qu’est-ce qui change ? La cour­bure de la poi­gnée plus ou moins ac­cen­tuée. La cou­leur aus­si, des poi­gnées orange se­ront bien­tôt dis­po­nibles. La poi­gnée se dé­monte en dé­po­sant une simple vis Al­len si­tuée à l’ar­rière de la ca­lotte. Le de­vant peut éga­le­ment être mo­di­fié. Cette fois il n’est pas in­ter­chan­geable, la crosse est d’une seule pièce, mais il est pos­sible d’em­boî­ter sur le de­vant exis­tant un de­vant plus large, fa­çon queue de cas­tor. On ôte la bre­telle et le sup­port de gre­na­dière, on glisse le de­vant large, on re­visse l’an­neau de gre­na­dière, et c’est tout. En­fin, la plaque de couche est éga­le­ment in­ter­chan­geable. Du cô­té de la mé­ca­nique, peu de sur­prises et peu de dif­fé­rences par rap­port à la T3 clas­sique de 2003, la­quelle re­pre­nait d’ailleurs les prin­cipes des 690 et 695. La cu­lasse mo­bile mo­no­bloc se ter­mine par une tête en forme de cu­vette de la­quelle dé­bordent deux te­nons mas­sifs. L’éjec­tion des douilles est as­su­rée par un éjec­teur sous ten­sion de res­sort qui dé­borde du fond de la cu­vette et par une griffe d’ex­trac­teur si­tuée au-des­sus du te­non droit. La cu­lasse est re­la­ti­ve­ment fluide et les opé­ra­tions de ver­rouillage et dé­ver­rouillage fa­ciles. Il faut dire que les faces pos­té­rieures des te­nons ont été usi­nées pour en cas­ser les arêtes et of­frir plus de moel­leux à la fer­me­ture. Le le­vier d’ar­me­ment est as­sem­blé à la cu­lasse par une queue-d’aronde. Il se ter­mine par une sorte de mi­ni­cloche éva­sée et creuse qui offre une bonne prise en main et qui est iden­tique à celle de la T3. Vous pour­riez pen­ser que fi­na­le­ment T3x et T3 par­tagent les mêmes pièces, ce n’est pas tout à fait vrai. Les dif­fé­rences pour­ront vous sem­bler mi­nimes, mais ces dé­tails peuvent tout chan­ger sur le ter­rain. Ain­si la pièce de re­cul, lo­gée dans la crosse sous le boî­tier, n’est plus réa­li­sée en er­gal, comme sur les T3, mais en acier. La noix de cu­lasse aus­si est dé­sor­mais en acier et non plus en al­liage lé­ger. Les crosses com­po­sites ont éga­le­ment été amé­lio­rées et ren­dues plus si­len­cieuses. Com­ment ? En in­jec­tant de la mousse à l’in­té­rieur des vides. La crosse n’est pas plus lourde mais elle ne ré­sonne plus en cas de choc.

Dé­parts di­rects entre 1 et 2 kg

La prise en main de cette ca­ra­bine se fait au stand de tir. Une cible a été pla­cée à 100 mètres. Des balles Sa­ko Po­we­rhead 2, en fait des Barnes TTSX de 11,7 g (180 grains), sont glis­sées dans le char­geur amo­vible en simple pile. Il en contient trois. L’arme est sur­mon­tée d’une Stei­ner Ran­ger 2-8x42 à ré­ti­cule illu­mi­né. À no­ter, le som­met du boî­tier a été per­cé et fi­le­té pour le mon­tage d’em­base clas­sique ou de type quart de tour, sans ou­blier le mon­tage Op­ti­lock mai­son. Mais avant de ti­rer il faut se fa­mi­lia­ri­ser avec les dé­parts. Un pontet en ma­té­riau com­po­site abrite la queue de dé­tente. Cette der­nière est di­recte, striée lon­gi­tu­di­na­le­ment et agréable. Les dé­parts sont secs, nets et sur­tout sans im­pres­sion de lour­deur. Je n’y tou­che­rai pas mais sa­chez que le poids des dé­parts peut être ré­glé entre 1 et 2 kg. Nous al­lons chas­ser à l’ap­proche mais les dé­parts convien­draient éga­le­ment pour une chasse en bat­tue. À 100 m, la balle at­teint l’axe de la cible en­vi­ron 4 cm au-des­sus du centre, c’est par­fait. Les tirs sui­vants ap­por­te­ront la preuve que le ré­glage

est bon mais sur­tout que le grou­pe­ment de la ca­ra­bine est ex­cellent. Cette Tik­ka est réel­le­ment pré­cise. Certes il n’existe plus au­jourd’hui de ca­ra­bine im­pré­cise – les fa­bri­cants de ca­ra­bines et de ca­nons rayés maî­trisent dé­sor­mais par­fai­te­ment leurs tâches – mais il existe en­core des armes plus pré­cises que d’autres. Cette ca­ra­bine fait par­tie de la ca­té­go­rie des très pré­cises. D’ailleurs Tik­ka ga­ran­tit un grou­pe­ment maxi de 30 mm à 100 m sur cinq coups. Rap­pe­lons que les ca­nons des Tik­ka sont les mêmes que ceux qui équipent les Sa­ko, la so­cié­té soeur. Du­rant les quatre jours de chasse, la ca­ra­bine ne se­ra pas net­toyée. Elle de­vra pour­tant faire face à la cha­leur mais aus­si et sur­tout à la pous­sière et au sable, re­dou­tables dans ce coin du globe, sur­tout lorsque la sé­che­resse règne et est anor­ma­le­ment im­por­tante et pré­coce cette an­née. Ni les chocs, ni la cha­leur, ni la pous­sière n’au­ront rai­son de notre arme qui fonc­tion­ne­ra par­fai­te­ment, ré­ar­me­ra avec la même flui­di­té et ti­re­ra avec la même pré­ci­sion sortie après sortie. Une sécurité à deux po­si­tions équipe cette arme. Elle prend place sur le cô­té droit de la noix de cu­lasse. Elle est si­len­cieuse quand on la re­tire et émet un pe­tit clic lors­qu’on l’en­clenche. Le contraire au­rait été gê­nant, ici tout va bien. Les deux po­si­tions sont clas­siques, feu et cu­lasse libre lorsque le bou­ton rouge est dé­voi­lé et sécurité et cu- lasse blo­quées en po­si­tion sû­re­té. Les tirs s’éche­lon­ne­ront de 30 à 220 m, avec à chaque fois le même ré­sul­tat et une seule balle, preuve que le .30-06 peut conve­nir pour ce genre de chasse, à plus forte rai­son si la ca­ra­bine est pré­cise. La qua­li­té des dé­parts est à por­ter au cré­dit de ces tirs réus­sis, ce­la li­mite consi­dé­ra­ble­ment les coups de doigt. Le busc ré­glable est un vé­ri­table plus. Pour ceux qui ap­pré­cient l’ap­pui sup­plé­men­taire qu’un busc bien pla­cé re­pré­sente, la ver­sion com­po­site Ad­jus­table est une évi­dence. L’épau­ler est ins­tinc­tif, l’oeil est gui­dé vers le centre du ré­ti­cule et la cible. On ne perd pas de temps. De plus les ver­sions com­po­sites sont un peu plus lé­gères que les mo­dèles bois. Sans lunette, la T3x Lite Ad­jus­table ne pèse que 2,850 kg. En

choi­sis­sant bien sa lunette, on ne de­vrait guère dé­pas­ser les 3,3- 3,4 kg, un poids très confor­table. Au tir, sur­tout avec le .30-06, le re­cul est des plus doux. Après le tir, la main droite vient tout na­tu­rel­le­ment se sai­sir de la boule du le­vier d’ar­me­ment et une nou­velle car­touche est cham­brée ra­pi­de­ment et sans au­cun point dur. Le ré­ar­me­ment, mal­gré les deux te­nons de ver­rouillage en tête, est de seule­ment 70°, au lieu de 90° avec cette dis­po­si­tion. Ces 20° en moins per­mettent certes une ro­ta­tion plus rapide du le­vier et donc un ré­ar­me­ment plus rapide mais sur­tout un mon­tage op­tique plus bas sans crainte de voir la boule heur­ter la lunette. Au fi­nal, cette ca­ra­bine est vrai­ment réus­sie. Bien sûr elle ne pos­sède pas de ca­nons in­ter­chan­geables, ni d’ar­meur de sécurité. Mais elle est pré­cise, fiable, fonc­tion­nelle, pra­tique, dé­cli­née en de mul­tiples ver­sions et ca­libres et sur­tout très abor­dable. Tik­ka a réus­si son nou­veau mo­dèle et semble bien par­tie pour une nou­velle dé­cen­nie de suc­cès com­mer­cial.

La T3x Lite Ad­jus­table cham­brée en .30-06 a été tes­tée quatre jours du­rant en Na­mi­bie, à la chasse. Le de­vant large fa­çon queue de cas­tor s’em­boîte sur le de­vant exis­tant.

Le pontet de cette ca­ra­bine est réa­li­sé en ma­té­riaux com­po­sites afin de ga­gner du poids.

Le busc ajus­table des Tik­ka T3x est un vé­ri­table plus. Il est à la fois simple et ef­fi­cace.

Le dé­mon­tage de la poi­gnée et son in­ter­chan­gea­bi­li­té sont simples. À no­ter des poi­gnées amo­vibles en­tiè­re­ment orange se­ront dis­po­nibles en avril ain­si qu’un de­vant large de la même cou­leur.

Les tirs s’éche­lon­ne­ront entre 25 et 220 m sans au­cun pro­blème. Pré­cise, la T3x est aus­si très confor­table.

La por­tée de re­cul noyée dans la crosse est réa­li­sée en acier et non plus en er­gal. Nous dis­po­sions de .30-06 pour ce voyage, un des dix ca­libres dis­po­nibles.

Le char­geur à simple pile contient 3 car­touches, en op­tion vous pou­vez ac­qué­rir un char­geur long, 5 ou 6 car­touches, qui dé­borde lé­gè­re­ment sous l’arme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.