Hom­mage à Fran­çoise Mos­tais

Connaissance de la Chasse - - Infos du Monde -

Per­son­nage so­laire, dé­li­cat, Fran­çoise Mos­tais était l’une des rares femmes à avoir en­tre­pris dans la chasse afri­caine. Fran­çoise s’est éteinte le 16 avril, jour de Pâques, après avoir lut­té avec cou­rage pen­dant plus de deux ans contre la ma­la­die. An­cienne chef d’en­tre­prise et grande amou­reuse de l’Afrique, en 1998 Fran­çoise s’était fixé un nou­veau chal­lenge : re­don­ner vie à deux camps de chasse au Sé­né­gal. Le Cam­pe­ment de Ma­ko, an­cien camp de mon­sieur Gi­rard en li­mite du parc du Nio­ko­lo-Ko­ba, dé­dié au pe­tit Fran­çoise Mos­tais, l’une des rares femmes à s’être lan­cée dans le sé­jour de chasse en Afrique, in­car­nait l’âme des deux camps qu’elle avait à sa charge. gi­bier et au pha­co, et le la Fa­lé­mé, dé­dié au grand gi­bier. Cam­pe­ment du Lion dans Le tra­vail fut co­los­sal, Fran­çoise fit la zone d’in­té­rêt cy­né­gé­tique de tout re­faire, avec un goût par­fait, ne conser­vant que quelques in­fra­struc­tures. Dès la fin de cette même an­née 1998, les zones furent ré­ou­vertes. Fran­çoise ne s’ar­rê­ta pas là, chaque an­née elle ap­por­ta une nou­velle pierre à l’édi­fice comme la somp­tueuse pis­cine, etc. (cf. n° 309 de jan­vier 2002). At­teinte par la ma­la­die, Fran­çoise fut contrainte de re­vendre ses cam­pe­ments et zones après les avoir amo­diés pen­dant 18 ans. Connais­sance de la Chasse pré­sente à ses fils, Édouard, Charles et Ra­phaël, à son frère et sa soeur, ses sin­cères condo­léances.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.