Le pos­té in­at­ten­du

Connaissance de la Chasse - - Photos Choc -

Pho­to­graphe ta­len­tueux, na­tu­ra­liste d’ex­pé­rience, Cy­rille De­lorme pos­sède aus­si le don de la nar­ra­tion. Il nous ra­conte avec force dé­tails sa ren­contre avec cette martre so­lo­gnote et sa ruse pour pou­voir l’im­mor­ta­li­ser. « 7 h 20, en ce 5 sep­tembre, les biches étaient sor­ties des phrag­mites exac­te­ment comme je l’es­pé­rais. Vingt mi­nutes plus tard, une martre tra­verse le layon, mais il m’est im­pos­sible de dé­clen­cher. Très vite, elle longe les ro­seaux à l’in­verse de mon af­fût. Je suis stu­pé­fait par l’in­croyable si­lence de son dé­pla­ce­ment. Voyant tout es­poir de pho­to s’en­vo­ler, je re­pense dans la se­conde à ce por­trait de cha­ton sau­vage que je n’avais dû qu’à une ruse an­ces­trale consis­tant à imi­ter le cri de la sou­ris. L’ef­fet est im­mé­diat. La martre se fige et fait de­mi-tour. Je la vois se rap­pro­cher et se dres­ser en chan­delle à plu­sieurs re­prises. L’im­pru­dence au­rait vou­lu qu’elle ap­proche en­core et tra­verse le layon vers cette forme stri­dente. Mais le pro­mon­toire pro­vi­den­tiel que consti­tue le mirador en a dé­ci­dé au­tre­ment. En quelques coups de griffes, l’ani­mal est ins­tal­lé. Il fixe l’ob­jec­tif à plu­sieurs re­prises et fait mine de l’igno­rer, un peu comme le fe­rait un che­vreuil. Ras­su­rée sans doute et cer­taine que la taille de la proie n’est pas à sa por­tée, la martre des­cend tran­quille­ment et re­prend son che­min, sans un bruit. J’at­ten­dais ce jour-là, en guise de ca­deau d’an­ni­ver­saire, le pre­mier raire d’un grand cerf que la na­ture m’offre tous les ans. Mais cette fois-ci, mon pré­sent fut une vraie sur­prise, un tré­sor si dif­fi­cile à ob­ser­ver qu’une heure après, j’en trem­blais en­core d’émo­tion. » Cy­rille De­lorme, avec Phi­lippe Aille­ry

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.