Ke­nya, in­croyables gi­rafes blanches

Connaissance de la Chasse - - Infos Du Monde -

Après l’éland scan­di­nave (voir notre nu­mé­ro 498 d’oc­tobre der­nier), voi­ci la ou plu­tôt les gi­rafes ré­ti­cu­lées im­ma­cu­lées (ou presque puisque le gi­ra­fon porte quelques traces et co­lo­ra­tions propres à l’es­pèce). C’est dans la ré­gion de Ga­ris­sa, à l’est du Ke­nya, au sein de l’Isha­q­bi­ni-Hi­ro­la Com­mu­ni­ty Con­ser­van­cy que ces spé­ci­mens, on ne peut plus rares, ont été ob­ser­vés ; dans un pre­mier temps par un vil­la­geois qui a trans­mis l’in­for­ma­tion aux ran­gers, puis par des scien­ti­fiques qui les ont fil­més et pho­to­gra­phiés. Dans le cas qui nous oc­cupe, l’ori­gine de cette « co­lo­ra­tion » in­so­lite est le leu­cisme qui touche aus­si bien des car­ni­vores (lion, tigre…) que des her­bi­vores (bon­go, cerf…). Une par­ti­cu­la­ri­té gé­né­tique qui se ca­rac­té­rise par un dé­fi­cit des cel­lules pig­men­taires mais qui, à la dif­fé­rence de l’al­bi­nisme, n’al­tère pas la co­lo­ra­tion des yeux, des lèvres, des cous­si­nets ou des ongles. En re­vanche, et no­tam­ment pour toutes les « es­pèces proies », ce leu­cisme est Les gi­rafes ré­ti­cu­lées sont pré­sentes au Ke­nya, en So­ma­lie et en Ethio­pie et sont, comme les autres membres de la « fa­mille », clas­sées comme vul­né­rable par l’Uicn. un réel pro­blème pour se fondre dans l’en­vi­ron­ne­ment aux yeux des pré­da­teurs et souvent nombre d’ani­maux at­teints de cette par­ti­cu­la­ri­té sont tués les pre­miers et n’ont ain­si guère de chance de se re­pro­duire. Une des rai­sons pour la­quelle ce do­cu­ment est ex­cep­tion­nel. À no­ter qu’en dé­but d’an­née, il avait dé­jà été fait men­tion d’une gi­rafe par­tiel­le­ment blanche mais en Tan­za­nie cette fois. Sur­nom­mé Omo, le gi­ra­fon avait quant à lui la cri­nière et le bas des membres co­lo­rés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.