Tan­za­nie, Pa­sa­ni­si c’est fi­ni

Connaissance de la Chasse - - infos du monde - © O. But­tin

Dans une lettre ou­verte en date du 1er mars et que nous publions ci-des­sous (tra­duite) in ex­ten­so, Éric Pa­sa­ni­si a fait part de sa dé­ci­sion de mettre un terme à l’ac­ti­vi­té chasse de sa com­pa­gnie Tanganyika Wildlife Sa­fa­ri (Ta­wi­sa) en Tan­za­nie. Une dé­ci­sion mû­re­ment ré­flé­chie dont il s’ex­plique. Avec cet ar­rêt, un pan en­tier du monde de la grande chasse en Afrique s’écroule. Et l’ave­nir de la faune du pays risque mal­heu­reu­se­ment d’être mis en­core plus à mal… À no­ter éga­le­ment que Tan­za­nia Game Tra­ckers Safaris (Tgts), deuxième plus im­por­tante com­pa­gnie de safaris en Tan­za­nie après Ta­wi­sa, a éga­le­ment mis la clef sous la porte.

« Je confirme au­jourd’hui, que j’ai res­ti­tué tous mes blocs de chasse gé­rés par mes dif­fé­rentes com­pa­gnies. Ma fa­mille a opé­ré pen­dant plus de 40 ans dans le pays. Notre com­pa­gnie fut ain­si la plus an­cienne de Tan­za­nie. Nous avons été le plus gros opé­ra­teur de Tan­za­nie et de toute l’Afrique. Nous dé­te­nions la plus grande par­tie du Se­lous, avec les meilleurs blocs. Les mêmes de­puis 1978. Blocs que j’ai ren­dus au­jourd’hui. Nous sommes pas­sés de 126 safaris par an à une poi­gnée en rai­son de la fer­me­ture des im­por­ta­tions amé­ri­caines de tro­phées d’élé­phants et de lions. Nous ne pou­vons plus boo­ker suf­fi­sam­ment de safaris de 21 jours pour main­te­nir notre ac­ti­vi­té sans les im­por­ta­tions de lions et d’élé­phants aux États-Unis. Nos pertes fi­nan­cières sont en aug­men­ta­tion constante. Je dois donc ar­rê­ter. Lorsque les im­por­ta­tions d’élé­phants et de lions aux États-Unis ont été me­na­cées, nous avons re­le­vé notre in­ves­tis­se­ment dans l’an­ti­bra­con­nage à hau­teur de 2,4 mil­lions de dol­lars sur trois ans. Nous avons nous-mêmes fi­nan­cé 100 game-scouts dans le Se­lous pen­dant de nom­breuses an­nées. Vous avez vu nos livres de compte et pris co­pies de nos actes comp­tables pour les au­to­ri­tés amé­ri­caines. Vous avez vu les cou­pures de jour­naux sur les vé­hi­cules et l’avion que notre fon­da­tion a don­nés. Vous avez même as­sis­té aux cé­ré­mo­nies pu­bliques avec le mi­nistre. Rap­pe­lez-vous le tra­vail ac­com­pli ! Je sais que le di­rec­teur du Se­lous a écrit aux États-Unis pour dire com­bien notre pré­sence était im­por­tante pour contrô­ler le bra­con­nage. Dans le même temps, j’ai of­fert de nom­breux grands safaris au Shi­kar* pour fi­nan­cer les 500 000 $ né­ces­saires aux études sur l’âge des lions. Tra­vail qui a été igno­ré par l’Usfws **, peut-être à cause de Craig Pa­cker***, je ne sais pas. Les ef­forts de la Tan­za­nie, de mes com­pa­gnies et de ma fon­da­tion ont été com­plè­te­ment igno­rés par l’Usfws. Nous avons dé­jà tra­vaillé à perte trop long­temps. Il est temps d’ar­rê­ter mais je ne peux ga­ran­tir que la bio­di­ver­si­té des zones de chasse per­du­re­ra main­te­nant. Notre im­pli­ca­tion dans la lutte contre le bra­con­nage est de­ve­nue presque nulle cette an­née en rai­son de nos pertes de re­ve­nus. Je pense que les dé­ci­sions de l’Usfws fi­ni­ront par ex­ter­mi­ner toute la faune tan­za­nienne en de­hors des parcs na­tio­naux en rai­son de leur dé­ter­mi­na­tion à ar­rê­ter l’importation de tro­phées aux États-Unis. Tout fi­ni­ra très vite, et la faune dis­pa­raî­tra dans ces zones qui re­pré­sentent près d’un tiers du ter­ri­toire tan­za­nien. J’ai dé­jà ren­du 10 blocs ces der­nières an­nées et sans chas­seurs en brousse, il va être très dif­fi­cile de sau­ver nos der­niers élé­phants. Nos pauvres élé­phants, nos pauvres ani­maux, honte sur… La vé­ri­té, c’est que tout le monde s’en moque, et que per­sonne ne se rend compte des dom­mages ir­ré­ver­sibles cau­sés par de telles dé­ci­sions. C’est cer­tai­ne­ment The end of the game**** si votre gou­ver­ne­ment ne réa­lise pas et n’aide pas la Tan­za­nie. Ce­ci dit, c’est dé­sor­mais trop tard pour moi, et ce le se­ra très vite pour les autres or­ga­ni­sa­teurs. » *Shi­kar : Club amé­ri­cain de chas­seurs-do­na­teurs ayant pour but de fi­nan­cer des ac­tions et des études pour et sur la faune sau­vage. **Usfws : Uni­ted States Fish and Wildlife Ser­vice (Ser­vice amé­ri­cain de la pêche et de la faune sau­vage). ***Craig Pa­cker : bio­lo­giste, zoo­lo­giste et éco­lo­giste amé­ri­cain consi­dé­ré comme l’un des spé­cia­listes du lion. **** The end of the game : Jeu de mots : La fin du gi­bier/du jeu. Titre éga­le­ment d’un livre de ré­fé­rence sur l’Afrique.

Après 40 ans d’or­ga­ni­sa­tion de safaris, la fa­mille Pa­sa­ni­si an­nonce la fer­me­ture de sa com­pa­gnie en Tan­za­nie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.