Exa­men du per­mis: mon mé­de­cin a ou­blié Hip­po­crate

Connaissance de la Chasse - - Le Courrier Des Lecteurs - G. H.

Sui­vant ré­gu­liè­re­ment quelques amis chas­seurs sur le ter­rain, j’ai dé­ci­dé de pro­fi­ter de l’opé­ra­tion “per­mis à 0 €”, pro­po­sée par le dé­par­te­ment de la Ven­dée, pour en­fin m’ins­crire à l’exa­men. La consti­tu­tion du dos­sier né­ces­site de four­nir un cer­ti­fi­cat mé­di­cal d’ap­ti­tude. Chose que re­fuse de si­gner mon mé­de­cin trai­tant, non pas pour contre-in­di­ca­tion – preuve en est, elle m’a four­ni un do­cu­ment si­mi­laire pour l’ob­ten­tion de ma li­cence de tennis – mais sim­ple­ment parce qu’elle “ne sou­haite pas s’im­pli­quer dans la chasse”. Je vou­lais vous in­for­mer de ce com­por­te­ment on ne peut plus scan­da­leux, et avoir votre avis sur la ques­tion. » Laurent Si­mon, Ro­che­tre­joux (Ven­dée) Prin­cipe de pré­cau­tion ? Peut-être, ou pas… Une chose est sûre, voi­ci près de 2500 ans, Hip­po­crate sou­le­vait dé­jà les pré­mices de l’an­ti-dis­cri­mi­na­tion. Au­jourd’hui, les fon­de­ments de l’éthique mise en place par le mé­de­cin-phi­lo­sophe grec res­tent pour ain­si dire in­chan­gés. Les thé­sards sont sou­mis au res­pect du code de dé­on­to­lo­gie mé­di­cale et prêtent ser­ment de­vant le Conseil de l’Ordre. Dans la der­nière mou­ture de ce ser­ment, da­tant de 2012, on peut lire : « Je res­pec­te­rai toutes les per­sonnes, leur au­to­no­mie et leur vo­lon­té, sans au­cune dis­cri­mi­na­tion se­lon leur état ou leurs convic­tions ». Dif­fi­cile d’être plus clair : un mé­de­cin, même s’il par­tage des opi­nions op­po­sées à son pa­tient chas­seur, ne de­vrait pas, en théo­rie, re­fu­ser de dé­li­vrer le pré­cieux sé­same, sauf contre-in­di­ca­tion mé­di­cale. Quant à se re­tran­cher der­rière une mé­con­nais­sance du su­jet, l’ar­gu­ment ne nous semble pas plus convain­cant, la seule chose de­man­dée au pra­ti­cien étant d’at­tes­ter que le can­di­dat n’est pas at­teint par l’une des af­fec­tions mé­di­cales ou in­fir­mi­tés men­tion­nées à l’ar­ticle R.423-25 du code de l’en­vi­ron­ne­ment, en ré­su­mé dé­fi­ciences au­di­tives, vi­suelles, troubles mo­teurs, etc. Ce que tout bon mé­de­cin doit être en me­sure d’ap­pré­cier. Aus­si voyons­nous ici un tant soit peu de mau­vaise foi de la part de ce gé­né­ra­liste… Nous ne sau­rions trop conseiller à notre lec­teur d’in­sis­ter au­près de ce­lui-ci, en lui rap­pe­lant qu’un tel com­por­te­ment est dé­jà une porte ou­verte sur bien d’autres dis­cri­mi­na­tions, ne lui en dé­plaise…

Le ser­ment d’Hip­po­crate est à l’ori­gine de la dé­on­to­lo­gie mé­di­cale. Mais cer­tains pra­ti­ciens semblent l’avoir ou­blié…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.