CA­THE­RINE

Sé­pa­rée, ma­man d’une pe­tite flle, elle est la seule bou­chère der­rière le comp­toir avec 11 hommes.

Cosmopolitan (France) - - La Une - Par Anne Rou­doi. Pho­to Ju­lie An­siau.

Pe­tite, je ne tiens pas en place. À l’école, mon cours pré­fé­ré, c’est le sport. J’ha­bite Fon­tai­ne­bleau, on ne manque pas d’es­pace, alors pour­quoi res­ter en­fer­mée ? En troi­sième, je choi­sis du concret : BEP ad­mi­nis­tra­tion com­mer­ciale et comp­table. Mon ly­cée pro­pose cette fi­lière, je reste avec mes amis. Mais je réa­lise vite mon er­reur : un travail de bu­reau, moi qui rêve de grand air ? À 17 ans, CAP de fleu­riste en al­ter­nance. Cette fois, je suis contente. Je vis chez ma mère, mais je gagne mon ar­gent. Je com­plète ma for­ma­tion par un bre­vet pro­fes­sion­nel. À 20 ans, pre­mier vrai job. Je ren­contre Ri­chard. On tombe amou­reux. Et après quelques mois, je m’ins­talle en co­loc… avec lui et sa soeur. Cô­té mé­tier : les fleurs, c’est beau. Mais un peu ré­pé­ti­tif… Cinq ans plus tard, je suis en­ceinte. Pen­dant ma gros­sesse, je m’oc­cupe de moi, en­fin. Et à la nais­sance d’Océane, je passe mon temps à la choyer. Quand il faut re­prendre le travail, je suis moins mo­ti­vée. Mes en­vies de plein air me re­prennent, je de­viens ven­deuse en char­cu­te­rie sur les mar­chés. Le rythme est dur mais j’aime l’am­biance. Ce travail se trans­met souvent de père en fils. Il fait très froid l’hi­ver, mais on ne chan­ge­rait de vie pour rien au monde. Puis les choses se com­pliquent. Gros­sesse ex­tra-uté­rine, c’est sé­rieux. Je dois quit­ter mon poste de ven­deuse en char­cu­te­rie. Avec Ri­chard, les ten­sions montent. On se sé­pare. Il est temps pour moi de prendre un nou­veau dé­part. À 28 ans, j’en­tame une re­con­ver­sion en bou­che­rie... Toutes ces an­nées sur les mar­chés, j’ai pas mal ap­pris, je m’y connais, et Pôle Em­ploi me pro­pose une for­ma­tion éclair, sui­vie d’un stage de trois se­maines. Re­por­tage dans « Sept à Huit » sur la bou­che­rie Des­noyer, je me prends à rê­ver : c’est pour moi ! Je dé­pose mon CV… et dé­croche un en­tre­tien avec la bou­che­rie la plus hype de Pa­ris, qui sert les plus grandes tables, de Pierre Gagnaire à l’Ély­sée. Hu­go, le pro­prié­taire, et Ch­ris, son as­so­ciée, m’em­bauchent. Je suis la seule femme, par­mi 11 hommes, à ser­vir. Hu­go me fait confiance et, à la fin de mon stage, me pro­pose un CDI. C’est l’op­por­tu­ni­té de ma vie. Le quo­ti­dien est dif­fi­cile : j’ha­bite avec ma fille à la cam­pagne, à deux heures de mon lieu de travail. Du coup, c’est le train de 5 heures tous les ma­tins. Mais pour ma pas­sion, je suis prête à faire des com­pro­mis. D’ici mes 40 ans, pas­ser le CAP. Par­ti­ci­per au concours du Meilleur Ou­vrier de France. Mon­ter ma propre bou­che­rie à la cam­pagne, pour réa­li­ser mon rêve d’en­fant.

l

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.