Les pros aus­si ont des as­tuces...

... simples et ef­fi­caces. À ex­ploi­ter !

Cosmopolitan (France) - - La Une - Par Em­ma­nuelle Lannes

4 re­pas par jour. Mi­di et soir, de la viande ou du pois­son, des pâtes ou du riz, et des fruits. Quant au goû­ter, au lieu de se je­ter di­rect sur la barre Mars de la ca­fèt’, deux yaourts + 1 fruit + 1 tranche de pain. 3 re­pas de fête par mois. On ne peut pas es­pé­rer conser­ver sa ligne sans se faire par­fois plai­sir. La frus­tra­tion en­traîne l’échec. Oublier les pro­duits al­lé­gés. On en mange deux fois plus sans sa­tis­faire le cer­veau. Et ils sont hy­per sa­lés. Se faire ai­der. Pour éli­mi­ner les ex­cès de la veille, deux grandes tasses pen­dant 3 jours de True-Slim Tea, à base de mauve cré­pue. C’est du poi­son ! Ter­rine, sau­cis­son, ta­ra­ma ou pa­quets de bis­cuits sont in­ter­dits dans le pla­card. Être zen. Avant le re­pas de fa­mille, deux gouttes quatre fois par jour de Crab Apple des Fleurs de Bach. On évi­te­ra ain­si de fi­nir la tarte pour pas­ser ses nerfs. Prendre son temps. Chaque re­pas doit du­rer 20 mi­nutes, le mi­ni­mum pour al­ler dire au cer­veau qu’on n’a plus faim. Évi­ter les so­das. Ils sont bour­rés de sucre ou de conser­va­teurs qui ont un lien di­rect sur la ré­ten­tion d’eau. Di­mi­nuer les temps de cuis­son. Pour que les sucres lents ne se trans­forment pas en sucre tout court, on mange des pâtes com­plètes al dente. An­ti-sucre. Avant le mont-blanc, deux gélules de la plante ayur­vé­dique Gym­ne­ma Sylvestre. Une am­poule de chrome (Ea Phar­ma) à jeun tous les ma­tins pour ar­rê­ter de rê­ver de­vant chaque bou­lan­ge­rie. Ap­pli­quer l’al­ter­nance. On a le droit de cra­quer pour une piz­za quatre fro­mages le mi­di mais le soir, c’est lé­gumes verts à vo­lon­té. Ne ja­mais dire non. « Oh, tu nous casses les pieds avec ton ré­gime. » L’en­tou­rage est le plus grand « pousse-au-crime ». Prendre une cuille­rée au moins du plat pro­po­sé. Gé­rer l’apé­ro. Pour pré­ve­nir l’en­vie de plon­ger dans le bol de ca­ca­huètes : 30 mi­nutes avant de sor­tir, un sa­chet de soupe pro­téi­née. Oui au car­ré de cho­co­lat noir. Après le re­pas, c’est même mieux que les fruits et le fro­mage blanc qui, eux, fa­vo­risent la sé­cré­tion de l’hor­mone de sto­ckage, l’in­su­line. Se faire plai­sir. Une barre qui pour­rait être un Mars, des bis­cuits fa­çon Pe­tit Éco­lier, un flan va­nille goû­tu… On les appelle des « leurres ». La bonne dose ? Un par jour (Kot, Ger­li­néa ou Gaye­lord Hau­ser…).

l Mer­ci au Dr Geor­gine Tixier, di­rec­trice scien­tifque Mi­li­cal et Ger­li­néa, au Dr Ré­gi­nald Al­louche (au­teur de « le Plai­sir

du sucre », éd. Odile Ja­cob), à Na­tha­lie Sa­creste, na­tu­ro­pathe, et à Va­lé­rie Es­pi­nasse, mi­cro­nu­tri­tion­niste.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.