« Si tu sa­vais à quel point on se met­trait mon père dans la poche »

Cosmopolitan (France) - - Ça, Je L’ai Fait Pour Elle -

Il m’in­vite à une par­tie de chasse avec les cou­sins. Chez moi, on est vé­gé­ta­rien, moi je me suis mis à la viande avec Vic, mais ma mère c’est « Peace’n’food, la cui­sine des hip­pies en 40 re­cettes ». Vic, fille unique, me rap­pelle juste qu’elle ne cau­tionne pas, mais que dans sa fa­mille on est chas­seur de père en fils, et elle ne se voit pas dire à son père « tout de suite » que ça va s’ar­rê­ter avec moi. Le soir, on me rap­pelle de « mettre le ré­veil à 5 heures pe­tit gars ! ». On doit être une heure avant le le­ver du so­leil en fo­rêt. « On va tra­quer le san­glier. » Je n’ai ja­mais te­nu d’arme… « Parce que tu crois qu’on va te lais­ser ti­rer ? Ha, ha, ha ! Heu­reu­se­ment qu’il y a une ré­gle­men­ta­tion. » Et en plus, ils se foutent de moi. Je passe une sale nuit. Me voi­là en­tou­ré, au pe­tit ma­tin, d’un trio d’hommes ar­més. Et main­te­nant ? « Et main­te­nant chut… toi, tu re­gardes ! » On em­mène le chien « pour qu’il fasse le pied ». Il est en­traî­né à pis­ter les traces de san­glier. C’est lui qui bosse à la place du chas­seur ou quoi ? Trois fu­sils pointent leur ca­non vers moi. Ça craint. L’hu­mour, on connaît pas. Pour­tant avec leur te­nue « Tin­tin au Con­go », ils sont trop drôles. Quand sou­dain : « Ne bouge pas », me souffle un des chas­seurs… Il y a un san­glier à deux mètres de moi. Et le père de Vic qui met en joue. Le san­glier s’écroule, il y a du sang par­tout, je crois tom­ber dans les pommes. « Il a dû sen­tir ta peur ce­lui-là, tu es le meilleur des ap­peaux ! On va se ré­ga­ler ce soir. » Re­né, 27 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.