HÉLÈNE

Ma­riée et ma­man, elle quitte sans re­gret un CDI dans le mar­ke­ting mé­di­cal pour ou­vrir son épi­ce­rie gour­mande.

Cosmopolitan (France) - - A 30 Ans - Par Gaelle Gui­tard. Pho­to Ju­lie An­siau.

Pe­tite, je vis en Co­lom­bie où mon père, cadre chez Elf, a été mu­té. Lorsque ma mère ré­chappe de peu à un at­ten­tat, la fa­mille prend un al­ler simple pour la France. Je peux al­ler cher­cher le pain en toute sé­cu­ri­té, mais je ne me sens pas fran­çaise. Ba­che­lière scien­ti­fique op­tion maths, j’entre à la fac en ges­tion et éco­no­mie ap­pli­quées. Et ça me barbe. En re­vanche, le mar­ke­ting, c’est la ré­vé­la­tion. Pen­dant mon mas­ter I, je passe avec deux ca­ma­rades un concours or­ga­ni­sé par L’Oréal et on rem­porte la fi­nale France. Je dé­croche un stage de six mois, puis j’en­chaîne avec un mas­ter II en mar­ke­ting et com­mu­ni­ca­tion. Des idées, j’en ai plein la tête. Cô­té coeur, Mat­thieu, ren­con­tré à la fac, rêve de jouer le gol­den boy à Londres. Pas moi. On se sé­pare. Je passe une mau­vaise pé­riode. Mais ça me booste pour mon­ter une boîte avec deux amis. En étu­diant le mar­ché, on voit bien que la cible idéale, ce sont les se­niors. Mais on manque de fonds, et au bout d’un an, on ar­rête. Après quelques mois de re­cherche de job, je tra­vaille en in­té­rim au ser­vice mar­ke­ting d’un la­bo phar­ma­ceu­tique, puis je dé­croche un CDI de chef de pro­duits en anes­thé­sie. À 26 ans, je ren­contre Ré­mi à une soi­rée, mais il est en couple et moi aus­si. Quelques mois plus tard, en boîte, il ré­ap­pa­raît, cé­lib, moi aus­si, et tout com­mence ! Au bout de huit mois, il me de­mande en ma­riage. On passe notre voyage de noces en Co­lom­bie où je lui montre les lieux de mon en­fance. À 29 ans, je suis en­ceinte. Tou­jours en poste dans mon la­bo, mais j’ai en­vie d’in­dé­pen­dance. Un ami re­vient de Bar­ce­lone où il a dé­cou­vert une bou­tique de bon­bons in­croyable, où tout est ran­gé par cou­leurs. Avec Ré­mi, on se dit que ça pren­drait bien chez nous, qu’on pour­rait lan­cer un concept store au­tour du su­cré, une épi­ce­rie gour­mande. Ra­fael vient au monde et, pen­dant mon congé de ma­ter­ni­té, l’idée fait son che­min. Je donne ma dé­mis­sion. Je monte le bu­si­ness plan et trouve le lo­cal. Ra­fael a 10 mois quand notre bou­tique, Chez Hélène, vend ses pre­mières « Ni­niches » (su­cettes). Tous les gour­mands y trouvent leur bon­heur : confi­tures fraise-ba­si­lic, ré­glisses du Da­ne­mark, boîtes d’our­sons en gui­mauve… Nos clients ont tous les âges ! On vend des bon­bons pro­ve­nant de Suède, des États-Unis… Nos py­ra­mides su­crées com­mencent à se faire connaître dans les goû­ters bran­chés des boîtes de prod. On goûte tout avec Ré­mi et nos amis donnent leur avis. Le poste fixe de Ré­mi nous sé­cu­rise. On se re­laie le week-end à la bou­tique et au­près de notre fils. Chez Hélène, c’est mon deuxième bé­bé. J’at­tends qu’il gran­disse pour m’oc­troyer des va­cances. Si le site de vente en ligne marche (www.chez­he­lene-pa­ris. com) on pour­ra s’ar­rê­ter de tra­vailler le di­manche. Et d’ici mes 40 ans : pour­quoi pas un res­tau­rant fran­çais à Bo­go­ta ? Je suis bien pas­sée du mé­di­cal au su­cré. Rien ne m’ef­fraie !

l

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.