Eux aus­si, ils veulent que ça dure. Et ils sont prêts à faire de pe­tits ou gros eforts.

Cosmopolitan (France) - - Special Argent - Par Em­ma Boi­ron, Mé­la­nie Guez et An­na­belle Ru­chat. Pho­to Ca­thrine Wes­sel.

Je fume plus d’un pa­quet par jour quand je ren­contre Lau­ra. Elle n’a ja­mais fu­mé, et le ma­tin c’est grande théière de thé à la menthe pour elle et ca­fé clope pour moi. Jus­qu’à ses 18 ans, Lau­ra a vé­cu dans une ferme agri­cole. Moi, je suis un mec de la ville, et notre ren­contre c’est plu­tôt un choc fron­tal entre charme cam­pa­gnard et exi­gences ur­baines, dont la clope fait par­tie. J’ai pas en­vie d’ar­rê­ter, même si elle in­siste. En fait, c’est ma mère qui dé­clenche tout. Un jour, alors que j’em­brasse ma fian­cée, ci­ga­rette dans une main, elle lui de­mande : « Dites-moi Lau­ra, ça ne vous fait rien d’em­bras­ser un cen­drier ? » Beurk. Elle a rai­son. Les quintes de toux le ma­tin, les odeurs de ta­bac froid sur mes vê­te­ments, com­ment je peux im­po­ser ça à Lau­ra ? Je tente la e-ci­ga­rette mais je dé­teste, pour moi c’est une in­sulte au ta­bac. Si j’ar­rête, c’est dé­fi­ni­tif. Pas fa­cile au dé­but, mais Lau­ra m’aide, me sou­tient. Ça fait main­te­nant huit mois. Et quand elle plonge son nez dans ma cla­vi­cule et me dit que ça sent bon, j’adore. Fré­dé­ric, 33 ans

Cinq ans après notre ren­contre, Sé­ve­rine trouve qu’il est temps de « construire » quelque chose en­semble. Je com­prends très bien ce qu’elle veut : qu’on vive en­semble. Mais je ne suis pas en­core prêt alors je lui pro­pose un deal : « Je loue mon stu­dio deux se­maines par mois, pour être avec toi, et je reste chez moi les deux autres se­maines. » Avec son petit bal­con, ma gar­çon­nière a tout

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.