OUI

Cosmopolitan (France) - - VICTOIRE -

Quand je tombe sur l’an­nonce, c’est l’évi­dence : ce taf est fait pour moi. La na­na du ca­bi­net de re­cru­te­ment n’est pas de cet avis : le pre­mier cri­tère c’est d’être bi­lingue, et je ne le suis pas, com­plè­te­ment. Je la sup­plie de me lais­ser ac­cé­der au pre­mier en­tre­tien, qui se conclut par : « J’ap­pré­cie votre éner­gie. Mais je ne vous cache pas que l’autre can­di­dat est bi­lingue. » J’ai en­vie de lui ré­pondre que je peux le de­ve­nir s’il le faut. Mais elle est dé­jà en train de me pous­ser de­hors. « Très bien, vous avez dix jours avant l’en­tre­tien Skype avec la fi­lière lon­do­nienne. » Je suis au ta­quet. Je té­lé­charge des pod­casts de la BBC pour mes tra­jets. Le mi­di, je vais boire mon ca­fé dans un pub pour faire la dis­cus­sion à James, le pa­tron. Et les sé­ries, c’est en VO, sans sous-titres. Le jour J, je suis sur les star­ting- blocks. L’en­tre­tien sur Skype dé­marre. Par­fois je bloque pour tra­duire une idée. Alors je vais au plus simple, et j’ap­porte des pré­ci­sions au fur et à me­sure qu’on échange. Le deuxième en­tre­tien, c’est à Londres. J’ai une se­maine de plus, j’ap­prends quelques termes très tech­niques, pour pou­voir les ca­ser. Je rentre, les dés sont je­tés. Mais au lieu de me ré­jouir, je com­mence à me dire : c’était pas pour moi. Jus­qu’à ce jour. Une se­maine après, le té­lé­phone sonne, c’est la fille du ca­bi­net. J’ai le poste ! Si elle avait été face à moi, je l’au­rais em­bras­sée. C’est un mé­lange de joie et de fier­té im­mense. J’ai osé et ça a payé. En plus, j’ai ga­gné la cer­ti­tude que j’avais une vraie va­leur.

Léa, 27 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.