Il n’y a qu’à Cos­mo

Cosmopolitan (France) - - NOS CONFESSIONS -

Joueuse

J’ai pré­ve­nu Gre­go­ry : « Sa­me­di soir, je joue à Mi­ne­craft en ré­seau. » Ce jeu, je l’adore, c’est mon pe­tit pé­ché de geek. Greg n’est pas du tout bran­ché jeux vi­déo, mais ça le fait mar­rer. « Ma ché­rie est une ga­meuse ! », il se vante au­près de ses potes. Ce sa­me­di, donc, il or­ga­nise une contre-soi­rée entre mecs et dé­guer­pit de la mai­son pour me lais­ser en tête à tête avec l’or­di. À 20 heures ta­pantes, je suis connec­tée et mes par­te­naires en ligne sont prêts. On a mon­té notre équipe de­puis une se­maine et on a ré­ser­vé toute la soi­rée. C’est par­ti : du bout de mon cla­vier, je ba­lade mon ava­tar dans le royaume à la re­cherche de quelques mé­chants à tuer quand « BAM » ! J’ex­plose, souf­flée par une bombe. GAME OVER. Quoi ?! C’est pos­sible ça ? Fin de la par­tie, re­tour au réel : 20 h 05, toute seule chez moi un sa­me­di soir. #la­lose

Alice, 22 ans

Dia­logue de sourds

On est en train de dî­ner quand le té­lé­phone fixe sonne. « C’est ta mère ! » je dis à Max en re­con­nais­sant le numéro. Cinq mi­nutes plus tard, je peste en re­gar­dant nos steaks re­froi­dir et je fais des signes à mon ché­ri pour qu’il abrège. Mais il ne me voit pas, il a la tête dans son sac de bou­lot et il sort… son agen­da. Quoi, en­core un dî­ner à ca­ler ? Mais on y était le week-end der­nier ! Après un ra­pide coup d’oeil vers moi, Max tra­duit mes grands mou­ve­ments de bras à sa mère : « Ju­lie n’est pas là, je vois avec elle quand elle rentre et je te rap­pelle. » Ouf, un peu de ré­pit pour trou­ver une ex­cuse. Bon, et nos steaks ? Tant pis, j’at­taque le mien. Et je l’ai même fi­ni quand il ar­rive en­fin à ca­ser « je te laisse ma­man, on se rap- pelle ». Pas trop tôt. « Bonne soi­rée ! » je lance quand même à ma bel­le­mère dans l’élan. « Ben, Ju­lie est là ? »

Ju­lie, 28 ans

Oc­ca­sion

Comme tous les lun­dis, je consulte mon agen­da et je dé­couvre que mer­cre­di j’ai « concert de Laurent Voul­zy ». Aïe, c’est vrai, j’avais zap­pé : pour mes 30 ans, Ma­ga­li m’a of­fert deux places. Mais bon, je ne suis pas hy­per fan des tubes qui collent en­core au coeur et au corps. Du coup, quand mon mec m’an­nonce qu’il a sa soi­rée de libre et deux en­trées gra­tuites pour une ex­po noc­turne sym­pa, le choix

AVEN­TU­RIERS

est vite fait. Mais ce se­rait bête de gâ­cher les places : « Deux places pour le concert de Laurent Voul­zy ce mer­cre­di, ça tente quel­qu’un ? » Oups, trop tard, j’ai dé­jà cli­qué, Ma­ga­li est dans mes amis Fa­ce­book…

An­gé­lique, 30 ans

Ca­deau d’ini­tiés

Pour les 3 ans de mon filleul, je pré­pare un beau ca­deau. Un lit de grand gar­çon, sans bar­reaux, peint par mes soins. Le dé­tail luxe ? Mon choix de pein­ture : un « bleu Yves Klein » du nom du cé­lèbre peintre, une marque dé­po­sée à 50 € le pot. La ruine, mais ça vaut le coup, ses pa­rents sont de grands ama­teurs d’art et ils vont ado­rer. Je leur ai lan­cé un tea­ser au té­lé­phone : « Je ne suis pas peu fière de la cou­leur, vous com­pren­drez en la voyant… » La veille de l’an­ni­ver­saire, j’ap­plique la der­nière couche sans gâ­cher un seul cen­time de bleu, puis je charge le lit dans ma Kan­goo. J’avais vu juste : au pre­mier coup d’oeil, ses pa­rents sont conquis. « Oh Ra­phaël ! Ta mar­raine s’est sou­ve­nue que tu ado­rais les Sch­troumpfs ! »

Lau­rène, 31 ans

l Mes pa­rents nous ont lais­sé les clefs de leur mai­son. Un coup d’oeil dans le jar­din suf­fit à don­ner des idées à mon ché­ri An­toine : « Et si on se ten­tait le ha­mac ? » Quelques mi­nutes plus tard, je suis as­sise nue sur le tis­su. De­bout de­vant moi, An­toine me ba­lance dou­ce­ment d’avant en ar­rière contre lui… Je com­mence à perdre les pé­dales et lance ma tête en ar­rière de plai­sir. Dans l’élan, le ha­mac se re­tourne, je m’agrippe à An­toine qui passe par-des­sus et s’écrase par terre à cô­té de moi. On au­rait vou­lu le faire ex­près, on n’au­rait pas réus­si !

Émi­lie, 23 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.