Son amie pré­fé­rée

Cosmopolitan (France) - - SPÉCIAL HOMMES -

Très im­por­tant, l’amie pré­fé­rée, si on veut soi­gner notre cote au­près de son cercle re­la­tion­nel. L’en­nui, c’est que c’est plus com­pli­qué chez les filles que chez nous (oui, je gé­né­ra­lise, d’ac­cord je gé­né­ra­lise, il n’em­pêche, c’est une gé­né­ra­li­té pour une bonne rai­son : c’est gé­né­ral). Nous – les mecs, donc – on n’hé­site pas à dire : « Voi­là Bob, c’est mon meilleur pote, on a fait les quatre cents coups en­semble, entre nous c’est à la vie à la mort, sa­cré Bob. » Une fille, ça semble plus com­plexe. En tout cas mon ex, en fonc­tion de l’an­née, du mois, de la po­si­tion de la lune, du der­nier ra­got, de la der­nière soi­rée et du feng shui de la pièce, sa meilleure amie fluc­tuait comme les ma­rées. Quand je l’ai ren­con­trée, c’était Bé­ré­nice. Deux se­maines après, c’était Fa­ti­ma. Et un mois plus tard, Ju­lie. Du coup, je ne me fâche ja­mais avec au­cune de ses co­pines (et je ne lui confie pas non plus mes doutes sur notre couple) car toutes sont sus­cep­tibles de de­ve­nir, un jour, LA meilleure amie. La pen­sée po­si­tive : Ce n’est pas grave si on est brouillé avec Ma­rion, il suf­fit d’at­tendre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.