Amour fou

Un bé­bé après un mois et de­mi de ren­contre, c’est in­croyable, mais c’est le pa­ri qu’ils prennent.

Cosmopolitan (France) - - ACCESSOIRES - Par Mélanie Guez. Photo Ben­ja­min Bé­chet.

Où, quand, com­ment ?

CEN­DRINE : Il y a deux ans, lors d’une soi­rée sal­sa à Aix, mon par­te­naire me de­mande de faire dan­ser un de ses co­pains ve­nu en spec­ta­teur. Concen­tré à mort, Tho­mas ne re­garde que ses pieds. À la fin de la danse, il part très vite. Une se­maine plus tard, je m’ins­cris sur Adopte. Il est sur le site, il com­mence à me po­ser des ques­tions… C’est dingue, il ne me re­con­naît pas. Le mufle ! Je ne donne pas suite. On se re­croise en soi­rée mais je reste dis­tante. Trois se­maines après, on se re­trouve à un week-end sal­sa. A prio­ri, il a en­vie de s’y mettre. On est tous dé­ten­dus et je le trouve très sexy avec sa barbe de trois jours, je le com­pli­mente. Il change com­plè­te­ment d’at­ti­tude…

Pre­mier bai­ser ?

Fin juin, il ar­rive un peu tard à une soi­rée, j’y suis aus­si. Il vient vers moi et me de­mande s’il peut m’em­bras­ser.

Et après ?

Le len­de­main, il vient dî­ner à Aix où j’ha­bite et je lui pro­pose de dor­mir à la mai­son. Une se­maine plus tard, il me dit qu’il m’aime, moi j’at­tends un peu pour lui ré­pondre. Un mois après notre pre­mier bai­ser, je suis en­ceinte, c’est notre coup de fo­lie mais on ne se pose pas la ques­tion de le gar­der ou non. Le 7 août, je pose mon pré­avis et j’em­mé­nage chez lui.

Plus beau ca­deau ?

À Noël der­nier, il sa­vait qu’une bague me plai­sait. Il me l’a ache­tée et ca­chée dans le sa­pin. J’ai été très tou­chée.

Prin­ci­pal dé­faut ?

Il est bor­dé­lique, tel­le­ment ri­gou­reux dans son mé­tier de prof de ka­ra­té que c’est to­tale re­lâche à la mai­son !

Faire construire notre mai­son.

THO­MAS : À Per­tuis, près d’Aix-en-Pro­vence, une soi­rée entre potes. Sur place, une dan­seuse veut nous ap­prendre la sal­sa, je dis OK mais j’ai vrai­ment du mal avec les pas, alors je m’ap­plique et je ne re­garde même pas la fille. Dix jours plus tard, je suis sur un site de ren­contre et je re­marque une jo­lie brune. J’en­gage la conver­sa­tion, elle me de­mande si j’aime la danse, je lui ré­ponds que jus­te­ment j’ai été ini­tié ré­cem­ment. « Oui, on a dan­sé en­semble. » Grosse bourde, je ne l’avais pas re­con­nue ! On se croise à nou­veau, mais elle m’ignore. Jus­qu’à ce wee­kend sal­sa où elle me fait un com­pli­ment sur ma barbe, et sou­dain la glace est rom­pue… On se re­trouve deux se­maines plus tard à une soi­rée, je lui dis que je veux l’em­bras­ser… elle ne me re­pousse pas. Je l’in­vite au res­tau à Aix. Je me dis qu’on peut vivre une belle his­toire, qu’elle peut être ma vraie se­conde chance, je suis di­vor­cé avec une pe­tite fille. Un mois plus tard, elle me re­joint à La Cio­tat où je suis en dé­pla­ce­ment et on s’ar­rête prendre un test de gros­sesse. Elle le fait, il faut pa­tien­ter trois minutes pour le ré­sul­tat. Au bout de deux se­condes, je lui dis : « Tu es en­ceinte, je le sais. » En li­sant cet ar­ticle, elle va le dé­cou­vrir : « Cen­drine, veux-tu m’épou­ser ? » Elle manque de confiance en elle, il faut la ras­su­rer, l’ac­com­pa­gner pour faire les choses.

Des pro­jets ?

Un autre en­fant, une nou­velle mai­son.

l

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.