Écou­ter son corps

Cosmopolitan (France) - - PATATE -

Trop tard, trop fa­ti­guée… trop moche ! On a vite fait d’an­nu­ler ses en­ga­ge­ments. C’est dans la tête ? Pas seule­ment. L’idée d’en­fi­ler un jean pour al­ler re­joindre un ami nous épuise phy­si­que­ment. Là, c’est le corps qu’il faut ré­veiller. Mais on a beau le sa­voir, ce n’est pas si simple. D’abord, être à l’écoute de ses sen­sa­tions. Le pro­blème, c’est qu’on n’a vrai­ment pas en­vie de sor­tir de son lit ou qu’on a juste en­vie d’étran­gler le monde en­tier ? « On s’ar­rête un ins­tant et on res­pire pro­fon­dé­ment, ex­plique Vé­ro­nique Mar­ty, psy­cho­logue. En­suite, on re­lève les sen­sa­tions as­so­ciées au stress : on fronce les sour­cils ? Notre nuque se rai­dit ? On a en­vie de cas­ser quelque chose, et notre souffle est plus ra­pide ? Une fois iden­ti­fiées, on ac­cueille ces ma­ni­fes­ta­tions comme elles sont. Sans ju­ge­ment. Le simple fait de ces­ser de lut­ter contre ces ef­fets, et la ten­sion re­tombe. » « Le corps est notre mai­son », disent les adeptes de la mé­di­ta­tion, et avec eux les pros de la ges­tion de l’éner­gie. À com­men­cer par les spor­tifs, qui nous donnent le meilleur conseil à suivre : « Se mettre à cou­rir ou à grim­per aux arbres, peu im­porte, ce qu’il faut, c’est se bou­ger. Et prendre de bonnes ha­bi­tudes », af­firme Ju­lie Fer­rez, coach forme et bien-être. Le tout est de s’y te­nir. Pour ça, on doit se fa­ci­li­ter la tâche et choi­sir une ac­ti­vi­té près de chez soi ou de son lieu de tra­vail. Là en­core, il vaut mieux se me­su­rer à un juste mi­lieu que de pla­cer la barre trop haut. La bonne éner­gie, ce n’est ni une com­pète ni une pu­ni­tion, c’est ap­prendre sim­ple­ment à être bien.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.