CÉ­LINE

France de Me­neuse de l’équipe de des JO de Rio basket, elle veut pro­fi­ter sa l’an pro­chain avant d’en­vi­sa­ger re­traite.

Cosmopolitan (France) - - REMONTRE - Photo Ju­lie An­siau. Par Mar­tine Tar­tour.

Pe­tite, je rêve d’être prof de gym. Même si per­sonne chez moi n’est spor­tif. Un père car­re­leur, une mère comp­table, je suis fille unique, éle­vée près de Tarbes, mais avec une ri­bam­belle de cou­sins pour jouer. À 9 ans, au centre aé­ré, une mo­ni­trice me pro­pose d’intégrer son équipe de basket. Je suis douée. Pour­tant je ne suis pas grande. Un mé­de­cin me di­ra même que la taille va être un frein à ma car­rière. Il se trom­pait. 15 ans, je monte à Paris pour faire sport études à l’Insep. Pas fa­cile de vivre seule à cet âge, mais j’ai choi­si un sport col­lec­tif, qui se joue sur 4 quart-temps. Ce qui m’épargne la so­li­tude de cer­tains sports comme en ath­lé, où par­fois tout se joue en 1 mi­nute 40. 18 ans, je dé­croche mon bac S. Et je suis en­ga­gée dans un club pro­fes­sion­nel à Tarbes. Retour chez moi. Je prends un ap­part. Je m’ins­cris aus­si en fac, du coup j’élar­gis mon cercle d’amis. S’ils sortent jus­qu’au pe­tit ma­tin, à mi­nuit je rentre. Des pe­tits co­pains, j’en ai, mais j’ai un rythme de vie de dingue. Dé­pla­ce­ments, en­traî­ne­ments. Al­lez mettre un homme là-de­dans ! 21 ans, je dé­marre un nou­veau cha­pitre. Je joue à Bourges. C’est un club qui a de grosses am­bi­tions. J’y reste six ans. Tout en étant dans l’équipe de France. Même si le basket fé­mi­nin n’est pas en­core très mé­dia­ti­sé, on gagne confor­ta­ble­ment sa vie. 27 ans, je conti­nue de jouer en équipe de France, mais j’in­tègre le club d’Eka­te­rin­bourg, en Si­bé­rie. C’est la meilleure équipe d’Eu­rope. Mon sa­laire est mul­ti­plié par 7… Sauf que l’am­biance ne me convient pas. Après deux ans, je re­tourne à Bourges. 2012, les JO de Londres vont tout chan­ger. On at­teint la fi­nale olym­pique ! C’est la consé­cra­tion. On touche le coeur des gens : après les foot­bal­leux et leurs ca­prices, nous, on joue la sim­pli­ci­té et on gagne. De­puis, il y a un en­goue­ment pour le basket fé­mi­nin. On a plus d’un en­cart dans « l’Équipe ». On nous re­con­naît dans la rue. Et lors du ras­sem­ble­ment du Team All Bleus, où Adi­das a réuni tous les spor­tifs spon­so­ri­sés par la marque, je suis à cô­té de Zi­dane ! D’ici mes 40 ans : Je pense que j’au­rai pris ma re­traite. Je ne me vois pas quit­ter le monde du sport.

l

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.