Mi­ran­da Kerr Créa­trice de bi­joux pour Swarovski

C’est en Au­triche, terre na­tale de la marque, que le top mo­del pré­sente sa pre­mière col­lec­tion. Ren­contre.

Cosmopolitan (France) - - SUCCÉS STORY - Par Mar­tine Tar­tour

d epuis l’au­tomne 2013, Mi­ran­da, man­ne­quin adu­lé et ex-ma­dame Or­lan­do Bloom, est le vi­sage de la cé­lèbre mai­son. Dé­jà égé­rie pour d’autres, elle a pour Swarovski un vé­ri­table en­goue­ment. Elle adore. Au point qu’un jour, entre deux prises de vue, elle pro­pose ses ser­vices de de­si­gner. « Je l’ai fait par jeu, ils ont ac­cep­té ! » Et cet hi­ver, elle pré­sente sa pre­mière col­lec­tion bap­ti­sée Free­dom and Grace, où elle s’est en­ga­gée non seule­ment dans le des­sin, mais dans le pro­ces­sus créa­tif. « Je l’ai pla­cée sous le signe de la pro­tec­tion contre la peur, toutes les peurs, et de la force. » Dif­fé­rents sym­boles ont été dé­cli­nés comme l’étoile, le trèfle, le flo­con, le coeur et le mau­vais oeil. Mi­ran­da s’avoue « très croyante, je vais très sou­vent à l’église ». Comme pour les quelque 2 000 bi­joux et ob­jets créés chaque an­née, la col­lec­tion a été fa­bri­quée en Au­triche, où les pro­cé­dés de taille, de pa­vage, de poin­tillage… sont te­nus se­crets. Et au­jourd’hui en­core, dans l’usine de Wat­tens, au Tyrol, les ou­vriers ne connaissent du pro­cé­dé de fa­bri­ca­tion que l’étape dont ils sont char­gés. At­te­nant à l’usine, le mu­sée Swarovski est le deuxième site le plus vi­si­té d’Au­triche ! Un lieu ma­gique que Mi­ran­da vi­site pour la pre­mière fois cet été. Elle y dé­couvre une Co­co Cha­nel fas­ci­née par ces cris­taux, un Ch­ris­tian Dior ré­cla­mant une pierre aux cou­leurs de l’ar­cen-ciel… De­puis, Swarovski s’as­so­cie avec les plus grands créa­teurs comme Gaul­tier ou Giam­bat­tis­ta Val­li. Mais par ailleurs, Guess a mis des cris­taux sur ses jeans, et Pu­ma sur ses sur­vêts. C’est en 1976 que le cris­tal­lier se dé­mo­cra­tise et veut tou­cher le grand pu­blic. Pre­mier mo­dèle : une pe­tite sou­ris, qui com­prend au­jourd’hui plus de 160 ver­sions. Vien­dront les pen­den­tifs, les bagues, les montres… Il y a fort à pa­rier que la col­lec­tion de Mi­ran­da re­join­dra un jour le mu­sée. Elle rou­git, ce qui chez elle est su­blime, elle est très fière de l’aven­ture. Et se confie à nous. Votre jour­née de tra­vail, c’est… M’oc­cu­per de mon fils quand il n’est pas avec Or­lan­do. L’em­me­ner à l’école. Des ren­dez-vous, té­lé­pho­niques très sou­vent, car je vis en Aus­tra­lie. Mais je ne dé­marre ja­mais la jour­née sans un thé avec du si­rop d’érable. Votre rou­tine beau­té le ma­tin ? Une douche et l’huile luxueuse de rose mus­quée sur le corps Ko­ra Or­ga­nics. Ma propre marque de cos­mé­tiques bio ! Quoi qu’il en soit, la beau­té, le ma­tin, c’est quinze mi­nutes maxi. Le se­cret de votre éter­nel sou­rire ? Je suis comme tout le monde, j’ai aus­si des baisses de mo­ral, mais dans ce cas-là, je me concentre sur les as­pects po­si­tifs et je gomme de mon es­prit tout ce qui est toxique. Votre col­lec­tion est sous le signe

de la pro­tec­tion. Et vous, qui vous

pro­tège ?

Ma fa­mille, mes amis… ma bonne étoile aus­si.

Votre de­vise ?

J’aime bien celle de Da­niel Swarovski : « Amé­lio­rer en per­ma­nence. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.