STY­LÉES ET RES­PON­SABLES

Fi­ni le pull in­forme qui sent le chanvre: la mode éthique n’est plus un sec­teur de niche. De H&M à Mo­no­prix, toutes les marques s’y mettent. Ten­tée? Notre mode d’em­ploi pour s’ha­biller green.

Cosmopolitan (France) - - SOM­MAIRE - Par So­phie Billaud

Notre mode d’em­ploi pour s’ha­biller green. Par So­phie Billaud.

Chaque an­née, une femme achète en­vi­ron trente ki­los de vê­te­ments, dont 30 % qui ne se­ront ja­mais por­tés… Un sa­cré gas­pillage. La faute à qui ? À nous ? « In­utile de culpa­bi­li­ser, tem­père Ma­non, fon­da­trice du blog de mode éthique Hap­py New Green. Nous sommes har­ce­lés tous les jours par des in­ci­ta­tions à l’achat, c’est dif­fi­cile de ré­sis­ter. En re­vanche, il faut être conscient de cette sur­con­som­ma­tion. » De­puis l’ef­fon­dre­ment des ate­liers du Ra­na Pla­za, fai­sant plus de mille morts au Ban­gla­desh en avril 2013, les men­ta­li­tés ont chan­gé. « Ce drame a créé un vé­ri­table éveil des consciences, confirme Iris Per­rin, sty­liste pour le bu­reau de ten­dances Car­lin. Nous avons réa­li­sé que cer­tains de nos vê­te­ments étaient fa­bri­qués dans des condi­tions ter­ribles. De­puis, 71 % de la po­pu­la­tion fran­çaise sou­haitent être mieux in­for­més sur les condi­tions de pro­duc­tion. » Les femmes se sou­cient da­van­tage de leurs achats, et cer­taines boy­cottent la fast fa­shion. « Du coup, de plus en plus de marques s’en­gagent dans une pro­duc­tion éco­res­pon­sable », re­prend Ma­non. De­puis que le groupe H&M a lan­cé sa col­lec­tion éco­lo, Cons­cious, en 2013, de nom­breuses en­seignes lui ont em­boî­té le pas : Zara, Adi­das, G-Star, Cheap Mon­day, Mo­no­prix… Alors, s’ha­biller éthique est-il de­ve­nu fa­cile ?

Prendre de nou­velles ha­bi­tudes

Pour la blo­gueuse Ma­non, il faut re­ve­nir à l’es­sen­tiel. « D’abord, ne pas se mettre la pres­sion avec une garde-robe 100 % éthique du jour au len­de­main ! En­suite, faire un tri dans son dressing et re­cy­cler les vê­te­ments que l’on ne porte ja­mais, en les don­nant à Em­maüs par exemple. En­fin, ci­bler ses be­soins réels en se po­sant trois ques­tions : ce vê­te­ment me va-t-il vrai­ment ? Puisje l’as­so­cier à mes autres pièces ? Vais-je le mettre sou­vent ? Sur­tout, pri­vi­lé­gier la qua­li­té plu­tôt que la quan­ti­té. » Et le por­te­mon­naie dans tout ça ? Ma­non est ca­té­go­rique : « On consomme mieux, donc moins. Pe­tit à pe­tit, on ar­rive à ne plus être dans un ré­flexe de sur­con­som­ma­tion et on fait des éco­no­mies. » Ga­gnante sur tous les plans.

Mi­ser sur le slow wear

Mais qui sont ces marques en­ga­gées ? Va­len­tine Gau­thier, créa­trice de la marque épo­nyme, ex­plique : « Je suis is­sue de la gé­né­ra­tion qui a connu les ma­rées noires, Tcher­no­byl et le com­man­dant Cous­teau. Le res­pect de l’en­vi­ron­ne­ment et de l’hu­main a tou­jours fait par­tie de moi. » Tous les tis­sus qu’elle uti­lise sont made in Pa­ris. Sa maille est faite à Roanne par l’un des der­niers fa­çon­niers en tri­co­tage. Les

bro­de­ries sont fa­bri­quées en Inde, dans une ma­nu­fac­ture de femmes avec la­quelle Va­len­tine col­la­bore de­puis huit ans. Dans la même li­gnée, la marque Ro­sean­na, chic et ur­baine, pro­pose des vê­te­ments de fa­bri­ca­tion fran­çaise avec un sa­voir­faire ar­ti­sa­nal. Pe­pa­loves, elle, dé­ve­loppe des col­lec­tions 100 % ve­gan. La griffe de chaus­sures Ve­ja conçoit des bas­kets éthiques dont le de­si­gn n’a rien à en­vier aux marques de sports­wear les plus ten­dance… Elles sont des di­zaines à s’en­ga­ger ain­si, toutes plus tren­dy les unes que les autres. On a le choix !

Oser le re­cy­clage

Autre pos­si­bi­li­té : le re­cy­clage, avec les fri­pe­ries, les bou­tiques vin­tage ou les mar­chés aux puces. Pour Iris Per­rin, les vide- dres­sings sont une autre fa­çon de consom­mer green : « On vend ses vê­te­ments et on se fait un peu d’ar­gent, au lieu de les lais­ser prendre la pous­sière et rem­plir l’ar­moire. On peut aus­si faire du troc entre co­pines. » Le prin­cipe du troc, les marques s’y sont mises aus­si. Chez H&M, on peut rap­por­ter trois vê­te­ments usa­gés contre une ré­duc­tion de 15 % sur un pro­chain achat. Ils se­ront en­suite re­cy­clés pour fa­bri­quer de nou­velles col­lec­tions. Idem chez Marks & Spen­cer, qui pro­pose un bon de ré­duc­tion contre les vê­te­ments dont on ne veut plus. La marque sué­doise Cheap Mon­day a lan­cé une col­lec­tion cap­sule 100 % re­cy­clée… Au fi­nal, ce n’est pas si com­pli­qué de s’ha­biller en res­pec­tant une dé­marche « du­rable » ! On s’y met ? l

Ro­sean­na H&M Pe­pa­loves Va­len­tine Gau­thier

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.