9 %

Des Fran­çais pro­fitent des re­pas de fa­mille pour débloquer des si­tua­tions conflic­tuelles.

Cosmopolitan (France) - - GUIDE DE SURVIE AUX DÎNERS DE FAMILLE -

écar­quillés et des pe­tits fours col­lés sur le front : « C’est quand les ca­deauuuuux ? ! » Nous, on es­saye de faire abs­trac­tion et de res­ter calme pen­dant que di­vers ob­jets vo­lants non iden­ti­fiés nous taillent la frange de toute part. Comment on gère ? On se­rait ten­tée d’op­ter pour la tech­nique du monstre sans pi­tié en lâ­chant des som­ni­fères dans leur Co­ca, mais on risque d’être pri­vée de dinde et d’hé­ri­tage si le sub­ter­fuge est dé­cou­vert. La meilleure so­lu­tion se­rait de pré­voir une pièce spé­ciale pour qu’ils se dé­foulent pen­dant l’apé­ro, ou une ta­blette blin­dée de des­sins ani­més pour les hyp­no­ti­ser quelques heures. Et, pen­dant le re­pas, on leur rap­pelle que le Père Noël ne se dé­place que pour les en­fants sages. Et si rien ne marche, on y va fran­co : Papa Noël, bah, c’est Pa­pi.

L’ado qui s’em­merde

L’oeil char­bon­neux, la mine aus­tère, Julia pré­fé­re­rait être ailleurs et elle compte bien le faire com­prendre. La seule fois où on l’a en­ten­due par­ler, c’est quand elle a ré­cla­mé un whis­ky Co­ca – qu’elle n’a pas ob­te­nu – à Ton­ton Hu­bert – qui, du coup, s’en est ser­vi un autre. Entre deux sou­pirs bruyants, elle dé­ploie sa perche à sel­fie et snape ses potes #TropCom­mer­cialNoël, #Tou­teFa­çonJeSuis Ve­gan, pen­dant que sa mère tire ner­veu­se­ment sur son crop top pour ne pas que Ma­mie re­père le lotus ta­toué sur sa côte. Comment on gère ? Pour ne pas dé­clen­cher de cris et de longues ti­rades sur le fait que la vie c’est de la merde et que per­sonne ne la com­prend, on évite de s’in­crus­ter sur ses sel­fies (tes­té et (BVA-Nest­lé, 2010) for­te­ment désap­prou­vé). Le plus in­gé­nieux, c’est de che­cker ses pages Fa­ce­book, Ins­ta­gram et Twit­ter quelques jours plus tôt pour se ren­sei­gner un peu sur ses goûts. Elle adore la mode ? On évoque la fa­shion week. Elle est fan des One Di­rec­tion ? Peut-être qu’on va la lais­ser pia­no­ter tran­quillou, fi­na­le­ment.

La pièce rap­por­tée

Cette an­née, notre cou­sine a un +1 : Ba­sile, son nou­veau mec. Alors, certes, c’est sym­pa de nous le pré­sen­ter, mais à un dî­ner de Noël, c’est un peu re­lou. Parce que tout le monde se ra­conte ses der­nières aven­tures, et Ba­sile, il a 25 sai­sons de re­tard. Dès que quel­qu’un ouvre la bouche, notre cou­sine lui fait les sous-titres comme une in­ter­prète pen­dant une in­ter­view dans une autre langue (« C’est une blague, parce que notre tante Em­ma est par­tie en Ar­gen­tine après une sé­pa­ra­tion com­pli­quée et qu’un la­ma lui a mar­ché sur le pied… »). Sauf si notre cou­sine l’a (trop) bien brie­fé, et qu’il dé­barque hi­lare : « Alors, c’est toi qui adores Cé­line Dion et qui t’es coin­cé le doigt dans un la­va­bo chez Ikea quand tu avais 23 ans ? » À NE PAS DIRE PEN­DANT LE DέNER

BON, MA­THIEU, tu leur as an­non­cé que tu te ma­riais, ça y est ? Ah. Par­don. ELLE EST RESTÉE un peu long­temps au four, la dinde, non ? VOUS M’EXCUSEREZ, mais avec les huîtres, j’adore fu­mer. ET POUR LES VÉGÉTARIENS, t’as pré­vu quoi ?

POUR OU CONTRE la peine de mort ? AH, BABETTE, je t’ai rap­por­té la carte du sexo­logue que tu m’avais de­man­dée. C’EST PAS LA FO­LIE sur Tin­der, ce soir. JE VOIS QUE tu as tou­jours la même des­cente, hein, Ton­ton !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.