Même pas cap

Le soir du ré­veillon, elle le met au dé­fi de trou­ver son 06. Ça lui prend quinze mi­nutes pour la rap­pe­ler. Et cinq ans pour l’épou­ser.

Cosmopolitan (France) - - RENCONTRE - Par Alys Pas­cal Photo Sté­pha­nie La­combe

Je dors sur place. Au ma­tin, avant de m’en al­ler, je l’em- brasse : « Si tu veux me re­voir, tu n’as qu’à me re­trou­ver. » Dans l’heure qui suit, je re­çois un mes­sage. Trois se­maines plus tard, Clé­ment m’em­mène à une com­pé­ti­tion de hor­se­ball, sa grande pas­sion. J’ai hor­reur des che­vaux. Ja­mais je n’au­rais cru pou­voir pas­ser deux jours dans le Nord de la France, sous la pluie, en­tou­rée de che­vaux. On dé­cide as­sez vite de vivre en­semble. Quatre ans sans nuages. Lors­qu’un soir, il sort un écrin et me pose la ques­tion cru­ciale, je réa­lise que c’est du sé­rieux. Notre ma­riage. Alors que tout le monde m’at­tend en bas de l’es­ca­lier, je des­cends les marches. Nos deux fa­milles me re­gardent d’un air émer­veillé. Son calme olym­pien. On ve­nait juste d’ache­ter une voi­ture, et je l’em­bou­tis dans un mur. Sa ré­ac­tion ? « Ça se ré­pare, une voi­ture. » Il a une tonne de chaus­sures de run­ning. Dans l’en­trée,c’est une tapisserie de bas­kets le long du mur. Pre­miè­re­ment, dé­cro­cher un CDI. Deuxiè­me­ment, chan­ger d’ap­part. Troi­siè­me­ment, fon­der une fa­mille.

Nou­vel an or­ga­ni­sé par l’un de mes co­équi­piers de hor­se­ball, une sorte de rug­by à che­val. Am­biance. Je vais m’as­seoir dans le cou­loir, re­prendre un peu mes es­prits. C’est là que je croise Alexan­drine, qui doit s’oc­cu­per d’une co­pine. Je lui barre le pas­sage : « Non, tu ne passes pas ! »

Pre­mier bai­ser ?

Au mo­ment de par­tir, elle m’em­brasse et me lance : « Tu te débrouilles comme tu veux, mais tu me re­trouves. »

Et après ?

La mis­sion était plu­tôt fa­cile. Le pote avec qui je ren­trais en voi­ture avait le nu­mé­ro d’Alexan­drine. On se voit tous les week-ends. Elle m’ac­com­pagne à mes com­pé­ti­tions de hor­se­ball, c’est une sorte de test : si elle a le cran de sup­por­ter la pluie et l’odeur des che­vaux, cette fille est pour moi ! On par­tage très vite le même toit. Se ma­rier, c’est autre chose. Je passe six mois à co­gi­ter là-des­sus. Je n’ose même pas lui en par­ler. Alors j’achète la bague, et je me lance !

Plus beau sou­ve­nir ?

Notre voyage en Grèce. La mer bleu tur­quoise, nous, seuls au monde, en train de si­ro­ter des cock­tails sur la plage face au cou­cher de so­leil.

Prin­ci­pale qua­li­té ?

Son en­thou­siasme. Après ma li­cence, je ne trouve pas de stage. Elle a su me sou­te­nir dans mon ul­time choix de car­rière : le jour­na­lisme spor­tif.

Pe­tit dé­faut ?

Elle ré­flé­chit trop. Elle a du mal à s’en­dor­mir parce qu’elle co­gite sur une réu­nion ou une soi­rée entre co­pains.

Des pro­jets ?

Trou­ver un ap­part plus grand. Par­tir en voyage de noces à Ta­hi­ti, et à plus long terme, dé­mé­na­ger à Bor­deaux.

Alexan­drine, 27 ans, char­gée de com­mu­ni­ca­tion, et Clé­ment, 27 ans, jour­na­liste spor­tif.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.