MON MEC EN PU­BLIC/ EN PRIVƒ

EN AMOUR COMME AUX JEUX, IL Y A TOU­JOURS UN CÔ­TÉ PILE ET UN CÔ­TÉ FACE. L’HOMME SOUS LES FEUX DE LA RAMPE ET CE­LUI EN CHA­REN­TAISES DANS MON SA­LON.

Cosmopolitan (France) - - DOUBLE FACE - Par Ma­non Pi­bou­leau. Pho­tos Nick On­ken.

Au­jourd’hui, on dé­jeune chez mes pa­rents

À la mai­son… D’abord, il tra”ne au lit. En­suite, il tra”ne ses pan­toufles jus­qu’ˆ la salle de bains. Sous la douche, il prend le temps de se frot­ter jusque der­ri•re les oreilles. Mes­sage re•u : pas d’em­pres­se­ment pour le re­pas do­mi­ni­cal dans sa belle-fa­mille. En voi­ture, il lance les pro­nos­tics : Ç Com­bien on pa­rie que ce se­ra en­core du gi­got ? È Je sais pas, mais ˆ cette al­lure, 20 eu­ros qu’il se­ra froid. Une fois chez eux… Mon grand-p•re l’adore et ma m•re trouve qu’il lui res­semble beau­coup plus phy­si­que­ment que sa propre fille (moi, donc, ˆ ta gauche ma­man et qui en­tends tout ce que tu dis). Le co­pain rou­cou­leÉ Enor­gueilli, il pro­pose de faire le ser­vice et dé­pose le gi­got dans les assiettes comme on ma­ni­pu­le­rait de la ni­tro­gly­cé­rine. Il dis­cute po­li­tique, se res­sert deux fois du plat et du vin, ce qui le pro­pulse di­rec­te­ment au sta­tut d’homme par­fait. Constat : c’est un bon vi­vant. Moi aus­si, je me res­sers du vin et du plat. Sauf que ma louche est in­ter­cep­tée par le cla­que­ment de langue de ma m•re Ç tu­tu­tu­tut È. Constat : je suis un glou­ton as­cen­dant poch­tronne. Il re­place en­suite ses mains ˆ 10 h 10 en bord d’as­siette et sou­rit b•te­ment quand on lui parle. Mais je sais, moi, qu’en vrai, il s’en tape roya­le­ment que Ç les to­mates du jar­din soient en avance cette an­née È. Je fais quoi ? Nous ne sommes pas dans une ri­va­li­té fr•re-sÏur, mais dans une re­la­tion amou­reuse consen­tie par deux adultes. Je ne peux pas lui re­pro­cher de faire des ef­forts pour plaire ˆ ma fa­mille puisque le cas contraire me

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.