Ami­cie

Pe­tite der­nière d’une fa­mille nom­breuse, elle construit la sienne à Pa­ris, jongle avec son bou­lot d’in­fir­mière et rêve de grand air.

Cosmopolitan (France) - - À 30 ANS - Par Ch­loé Plan­cou­laine. Photo Ju­lie An­siau.

Pe­tite, je gran­dis à Cler­mont-Fer­rand dans une fa­mille de six en­fants avec des pa­rents ca­tho­liques pra­ti­quants. J’ai une grande com­pli­ci­té avec mes trois grandes soeurs et ma ju­melle, Alix, avec qui je par­tage tout : les amis, les vê­te­ments, les cours de ten­nis… Après un bac S, Alix et moi on se sé­pare. Elle part à Pa­ris et je reste à Cler­mont-Fer­rand où je veux être mé­de­cin, comme mon grand-père. Mais l’am­biance en fac de mé­de­cine me dé­goûte et j’aban­donne. À 20 ans, je suis pau­mée. Une amie, jeune fille au pair aux États-Unis, cherche une rem­pla­çante. Je saute sur l’oc­ca­sion pour échap­per à la pres­sion de mes pa­rents. Quand je rentre, je re­prends mé­de­cine pour leur faire plai­sir, je loupe un cours sur deux… Je tente le concours d’in­fir­mière pour voir : je l’ai du pre­mier coup, ouf ! Juste avant la ren­trée, je ren­contre Jean-Bap­tiste chez des amis : j’ai dé­jà un co­pain, mais il me plaît beau­coup… À 22 ans, Jean-Bap­tiste me de­mande en ma­riage sur un ba­teau. Je crois à une blague et je mets quinze jours à dire oui, le temps d’en par­ler au meilleur conseiller : mon père. Entre 24 et 26 ans, on achète un ap­part à Cler­montFer­rand et le jour où je fi­nis l’école d’in­fir­mière, je suis en­ceinte de cinq mois. Léon vient de naître quand mon ma­ri ap­prend qu’il est mu­té à Pa­ris. On suit. À 27 ans, je suis seule à la mai­son avec un bé­bé dans une nou­velle ville. Dur. Heu­reu­se­ment, j’y ai re­trou­vé trois de mes soeurs et une belle com­pli­ci­té avec Alix. Au pre­mier CV en­voyé, je suis prise pour le job de mes rêves : in­fir­mière à l’hô­pi­tal Ne­cker. Je vois des en­fants at­teints de pa­tho­lo­gies dif­fi­ciles, mais je réa­lise que je suis ré­sis­tante. Je prends confiance. À 28 ans, j’ac­couche d’un deuxième gar­çon, Ar­thus. Avec mes ho­raires chan­geants et mes gardes de nuit, mal­gré la crèche et un pa­pa très pré­sent, ça de­vient com­pli­qué. Le rythme pa­ri­sien nous pèse et je pré­pare la suite. Je m’ins­cris au concours pour in­té­grer la for­ma­tion de pué­ri­cul­trice. D’ici mes 40 ans : Une mai­son en Bretagne, un poste de di­rec­trice de crèche et un troi­sième en­fant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.