3

Cosmopolitan (France) - - PSCHITT -

per­son­nel est rem­pli de titres com­plè­te­ment dé­ca­lés aux in­jonc­tions ca­ri­ca­tu­rales et au­to­ri­taires. Pour le couple : « Comment être à la hau­teur de mon mec, cet être su­pé­rieur que je me dois de rendre heu­reux ? » ; fa­mille : « Être une mère par­faite : il suf­fit juste de se bou­ger un peu le f*** » ; tra­vail : « De­bout, fei­gnasse, t’as dé­jà du pot d’avoir un job ». On pour­suit pour les ca­té­go­ries beau­té, sexua­li­té, ali­men­ta­tion, loi­sirs, culture… Puis on se de­mande en toute ob­jec­ti­vi­té le­quel de ces livres on se­rait ten­tée d’ou­vrir pour y trou­ver des ré­ponses.

Pen­dant toute une jour­née, on trace une croix sur son poi­gnet chaque fois qu’on se plaint, à l’oral, mais aus­si men­ta­le­ment. On réa­lise en­suite que chaque croix cor­res­pond à ce mes­sage en­voyé au cer­veau : « Ça ne me convient pas, mais c’est comme ça, je ne peux rien y chan­ger. » De­main, on en­ver­ra à son cer­veau : « Je choi­sis d’ac­cep­ter les choses qui res­pectent mes be­soins. Et de mettre fin aux si­tua­tions où mes be­soins ne sont pas res­pec­tés. »

J’AR­RÊTE DE CULPA­BI­LI­SER « Res­pon­sable, oui ! cou­pable, non ! », c’est le titre de l’ou­vrage d’YvesA­lexandre Thal­mann (éd. Jou­vence), et c’est aus­si ce qui de­vrait de­ve­nir votre nou­veau cre­do. On confond souvent les no­tions de res­pon­sa­bi­li­té et de culpa­bi­li­té, alors qu’elles sont très dif­fé­rentes. Être res­pon­sable, c’est as­su­mer toutes ses res­pon­sa­bi­li­tés,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.