4

Cosmopolitan (France) - - 20 LEÇONS QUE LA VIE M’A APPRISES -

d’âge pour faire sa crise d’ado­les­cence cos­mé­tique. Un com­pri­mé de zinc tous les jours en de­hors des re­pas suf­fit en gé­né­ral à la cal­mer.

Ce n’est qu’un chiffre sur la carte d’iden­ti­té, jus­qu’au jour où quel­qu’un nous ap­pelle Ma­dame, et ça de­vient alors une ob­ses­sion, notre prin­ci­pale pré­oc­cu­pa­tion, et un ter­rain mi­né pour l’ego. J’ex­plique. Pen­dant long­temps, lors­qu’on me de­man­dait mon âge, je ré­pon­dais la vé­ri­té : « 6 ans trois-quart et 15 jours », « presque 18 », « 23 ans ». Et puis un jour, brus­que­ment, on tous­sote, on hé­site, on cale(cule). Un conseil que j’au­rais ai­mé suivre il y a quelques an­nées… Ne ré­pon­dez ja­mais : « À ton avis, com­bien tu me donnes ? » quand on vous de­mande votre âge. Ni à un flic, ni sur­tout à quel­qu’un d’as­sez gros­sier, cruel et bi­gleux pour ré­pondre : « Bah, j’en sais rien, heu, 38 ? » Comme moi, as­su­mez, et dites : « 30 ans et 60 mois. » PS : Pro­fi­tez-en pour ban­nir à vie le mot « âge » de votre vo­ca­bu­laire, afin d’évi­ter les ex­pres­sions qui ajoutent dix ans en­core plus sû­re­ment que des collants mousse. Ex : « Quand j’avais votre âge », « À mon âge », « C’est pas de mon âge », « Je n’ai plus l’âge », etc.

L’âge

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.