À SUIVRE

Cosmopolitan (France) - - MODE -

Bündchen ou Mi­ran­da Kerr pour por­ter leurs vê­te­ments : elles pro­posent des sil­houettes ur­baines, fa­ciles à vivre et éla­bo­rées dans des ma­tières confor­tables. Ce qui ne veut pas dire que l’al­lure et le style n’y sont pas. Au contraire, elles pro­posent une garde-robe ou­verte à toutes les femmes, quels que soient leur style et leur mor­pho­lo­gie. Ces marques ont clai­re­ment sai­si les en­jeux de la mode fé­mi­nine, au point qu’en jan­vier der­nier, le salon in­ter­na­tio­nal de mode Who’s Next leur a don­né la part belle. Non parce qu’il s’agit d’une ten­dance pas­sa­gère, mais parce que « les femmes sont en train de ré­af­fir­mer leur pré­sence sur la scène créa­tive et en­tre­pre­neu­riale », ex­plique le ser­vice de presse de l’évé­ne­ment. Autre signe des temps, les trois prin­ci­paux sa­lons dé­diés à la mode et à l’ac­ces­soire (Who’s Next, Fame et Pre­mière Classe) sont dé­sor­mais di­ri­gés… par des femmes. Mais comme nous le rap­pelle Na­tha­lie Roz­bors­ki : « Une griffe n’est pas in­té­res­sante en soi parce qu’elle est gé­rée par une femme, mais parce que cette der­nière est ta­len­tueuse et créa­tive ! » Bien dit. Pour­quoi on mise sur elle ?

2. Aman­dine Ro­me­ro, de Break­fast Club

C’est qui ? Pour­quoi on mise sur elle ?

3. An­toi­nette Cha­lu­meau, de Side Pro­ject

C’est qui ? Pour­quoi on mise sur elle ?

Dé­fi­lé été 2017 Leo­nard.

Après des études à Mod’art et une an­née sab­ba­tique aux États-Unis, elle dé­cide de lan­cer sa marque. Et ça car­tonne : l’an der­nier, elle rem­porte le concours Ta­lents de mode, à Lyon.

Parce que son ves­tiaire mixant les styles street, sexy et go­thique est unique. Le sweat et le jog­ging n’ont ja­mais été aus­si sty­lés ! fille­de­joie.fr

Après avoir tra­vaillé plu­sieurs an­nées chez Ed Ban­ger Re­cords (un la­bel fran­çais fon­dé par Pe­dro Win­ter, l’an­cien ma­na­ger des Daft Punk), Aman­dine crée sa marque de pe­tites cu­lottes en co­ton bio. Une ré­orien­ta­tion ra­di­cale.

Exit le string syn­thé­tique, la jeune femme pro­pose des cu­lottes mi­ni­ma­listes mais sexy, 100 % made in France. Rose, jaune, vert, noir ou blanc, il y en a pour tous les goûts ! break­fast­club­pa­ris.fr

Di­plô­mée d’un mas­ter de mode à l’ate­lier Char­don Sa­vard à Pa­ris, An­toi­nette crée Side Pro­ject il y a un an et de­mi. Son idée ? Col­la­bo­rer avec des ar­tistes et des ar­ti­sans en met­tant en va­leur leur sa­voir­faire unique.

Parce que, pour une fois, le tra­vail de l’ar­ti­san est vrai­ment mis en va­leur au­tant que ce­lui du sty­liste. Vê­te­ments, ac­ces­soires, dé­co… sur son site, tout est ima­gi­né dans un style mi­ni­ma­liste et in­tem­po­rel. On sa­lue sa dé­marche éthique et slow fa­shion. si­de­pro­ject­pa­ris.com

Le mi­ni­ma­lisme épu­ré.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.