#der­niè­re­mi­nute

Cosmopolitan (France) - - ÉDITO - @ma­rie­la­fon­ta

Trou­ver le bon ca­deau pour une amie le jour de son an­ni­ver­saire, im­pro­vi­ser un dî­ner pour dix, at­tendre le di­manche soir pour se pen­cher sur le dos­sier qu’on doit bou­cler pour le len­de­main, at­ta­quer sa va­lise à 22 heures la veille du dé­part… Il y a des pros de la der­nière mi­nute. Je n’en fais pas par­tie. Sou­vent, bien avant le mo­ment fa­tal où je dois me lan­cer sans fi­let une pe­tite voix me dit : « C’est le mo­ment. » Même si toutes les oc­ca­sions – trois épi­sodes de « Black Mir­ror » dis­po­nibles – sont bonnes pour dif­fé­rer. Quand cette pe­tite voix se fait en­tendre, je mets tout en place pour pas­ser à l’ac­tion le mo­ment ve­nu. Une liste pour la va­lise, un coup d’oeil sur la date de va­li­di­té du pas­se­port et en­suite je me fais con­fiance, je suis mon in­tui­tion, p. 117. C’est comme ça que je me suis re­trou­vée al­lon­gée sur la table d’un ins­ti­tut de beau­té, après avoir si­gné pour six séances de mas­sage raf­fer­mis­sant Azu­ki. À la fin de la pre­mière – trois quarts d’heure de fric­tions, pres­sions, pé­tris­sage –, Li­sha, la mas­seuse, m’a de­man­dé : « Pas trop fort ? » Euh… j’ai pré­fé­ré la bou­cler : pour que ce­la soit ef­fi­cace, il faut sans doute en pas­ser par là. Elle a en­suite ap­por­té des cous­si­nets bouillants qu’elle a po­sés sous mon ventre et sur mes cuisses avant de dis­pa­raître en m’an­non­çant joyeu­se­ment : « La pro­chaine fois, ça fe­ra moins mal. » C’était vrai. En tout cas, ça a mar­ché et Li­sha est for­mi­dable. Y a-t-il d’autres so­lu­tions pour avoir de belles fesses ? Al­lez vite p. 178 pour le sa­voir.Ex­cellent été à vous toutes. Plein de so­leil, p. 142, et de Cosmo.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.