Kaya Sco­de­la­rio

Ado, elle s’im­pose dans la sé­rie « Skins ». Dix ans plus tard, l’ac­trice est à l’af­fiche de « Pi­rates des Ca­raïbes, la ven­geance de Salazar ». Ren­contre à Londres.

Cosmopolitan (France) - - À SES TROUSSES - Par Mar­tine Tar­tour

iIl était une fois… une fille qui voit un tour­nage en plein Londres, re­père un type qui fait une pause clope de­vant une ca­ra­vane, et lui de­mande si elle peut pas­ser une au­di­tion. Tel­le­ment fa­cile qu’on croit à une blague. Pour­tant, c’est ce qui est ar­ri­vé à Kaya Sco­de­la­rio. C’est comme ça qu’à 14 ans, elle dé­croche un rôle dans la sé­rie an­glaise « Skins ». Elle y est Ef­fy, ado joyeu­se­ment bar­rée dans sa tête, avec une sé­rieuse ten­dance à la py­ro­ma­nie. Pas fa­cile. D’au­tant qu’elle en­chaîne sur la sa­ga « Le La­by­rinthe », dont l’af­fiche an­nonce « Cou­rir ou mou­rir ». Mais dans la vie, Kaya aime re­peindre le ciel en bleu, réus­sit à ne pas se lais­ser broyer par les ma­chines in­fer­nales qu’in­ventent les met­teurs en scène. Et elle ar­rive toute fraîche dans l’opus 5 de « Pi­rates des Ca­raïbes », la mé­ga pro­duc­tion Dis­ney sur les écrans de­puis le 24 mai. Elle y donne la ré­plique à… John­ny Depp : « Quel­qu’un de nor­mal. Il joue, il se laisse ma­quiller, et il mange comme tout le monde. Ce n’est pas un ex­tra­ter­restre. »

BONNE MÈRE Un père an­glais, une mère d’ori­gine bré­si­lienne qui im­prime sa marque : « Je parle por­tu­gais, je mange de la fei­joa­da et j’adore Ney­mar. » Dans

la salle de bains de son en­fance, les notes frui­tées du ma­ra­cu­ja flottent. C’est sa mère qui lui ap­prend la fé­mi­ni­té : « J’ai­mais m’amu­ser avec la mousse pen­dant des heures dans sa bai­gnoire. » Comme elle le fait au­jourd’hui avec son bé­bé de 18 mois et son ma­ri, l’ac­teur Ben­ja­min Wal­ker, l'ex de la fille de Me­ryl Streep. On la croit quand elle as­sure ne plus pas­ser sa vie de­vant le mi­roir, même si, pour les pho­tos et les in­ter­views, elle ne se passe ja­mais de ma­quilleur. « Sur­tout pour ef­fa­cer les cernes des nuits trop courtes… mais quel bon­heur d’être mère ! » Quand, à 25 ans, d’autres stars cha­loupent de soi­rées en boîtes de nuit, et uti­lisent le #af­ter­mid­night en ra­fale, Kaya poste au même rythme son en­fant, son ma­ri et son bou­le­dogue Ar­nie.

BON ES­PRIT Quand on lui sug­gère de se dé­crire, elle élude, avant de dire : « J’aime les par­fums mas­cu­lins et sur­tout j’adore mes sour­cils. Même en cas d’in­cen­die, je ne sor­ti­rais pas de chez moi s’ils ne sont pas im­pec ! Ils sont épais et four­nis, c’est pile la ten­dance, j’en pro­fite, de­main ça peut chan­ger. » Elle est in­ta­ris­sable sur le su­jet… prend un autre Co­ca Light, « sa drogue », et ex­pose les ca­nettes vides de­vant elle comme pour se prou­ver qu’il est temps d’ar­rê­ter. Elle re­lè­ve­rait tous les dé­fis pour un rôle : prendre 15 kg, se ra­ser la tête… mais ça n’est pas en­core ar­ri­vé. Alors c’est hors pla­teaux qu’elle le fait, « pour re­prendre le contrôle de mon corps », en se tei­gnant les che­veux en vio­let. Pas un truc éphé­mère qui se rince le len­de­main, non, elle est res­tée six mois comme ça.

BONNE HU­MEUR Dans « Pi­rates des Ca­raïbes, la ven­geance de Salazar », elle a échap­pé aux trois heures de ma­quillage quo­ti­diennes pour trans­for­mer telle ac­trice en sor­cière des mers, ou Ja­vier Bar­dem en bou­cher des océans : Kaya y joue une ma­thé­ma­ti­cienne as­tro­nome. Elle a pas­sé les au­di­tions en po­tas­sant un peu les étoiles et les constel­la­tions : « Je n’y connais­sais rien, et je n’y connais tou­jours rien. » Ni sabre ni poi­gnard, son arme : le jour­nal de Ga­li­lée. Du coup, elle n’a pas dû for­cer sur le sport. D'ailleurs, elle n’en fait qua­si­ment pas. Ne mange pas bio, mais tout ce qui lui tombe sous la main, et bu­tine les se­crets de belle peau dans les ma­ga­zines : « Je mets une crème Bio­lo­gique Re­cherche ou Cha­nel. » Quand elle sort, elle se des­sine un re­gard smo­ky, pour jouer des yeux, comme elle l’a ap­pris avec le rôle d’Ef­fy. Elle sait aus­si que l’im­por­tant dans le re­gard, c’est la clé­mence. Ne ja­mais ju­ger. Ne ja­mais ca­ta­lo­guer. Avan­cer pour soi. Une belle le­çon de beau­té.

Frui­tée Fleur de crème corps Açaí, Ekos, Na­tu­ra.

Sa­tin Huile d’amande douce, Flo­rame.

Sexy Eau de toi­lette Le Mâle, Jean Paul Gaul­tier.

Contrôle Huile Frizz Con­trol, Mo­roc­ca­noil.

Des­sin Crayon à sour­cils Co­lors­tay, Rev­lon. Vo­lume Sham­pooing Bo­dy Buil­ding Phi­lip King­sley sur fee­lu­nique.com.

Pu­re­té Lo­tion exfoliante P50, Bio­lo­gique Re­cherche.

Dou­dou Sa­von­nette à la rose, Phe­bo.

Éclat Lo­tion Hy­dra Beau­ty, Cha­nel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.