PA­ROLES D’HOMMES : C’EST QUOI, UNE GROSSE DOSE D’ADRÉ­NA­LINE ?

Pe­tits stress et grandes ex­ci­ta­tions, les hommes ont la chair de poule.

Cosmopolitan (France) - - SOMMAIRE - Par Ma­thilde Ef­fosse et Bar­ba­ra Co­lé. Pho­to Tho­mas Bar­wick.

Pe­tits stress et grandes ex­ci­ta­tions, les hommes ont la chair de poule. Par Ma­thilde Ef­fosse et Bar­ba­ra Co­lé.

Un match de foot de l’équipe que je sup­porte. Al­lez l’OM ! Ju­lian, 27 ans Je chante et joue de la gui­tare dans un groupe de rock de­puis sept ans… Mais avant chaque concert, j’ai en­core le coeur qui bat la cha­made. Pierre, 29 ans

Je vis à Gre­noble, Ma­rie à Pa­ris. Toutes les deux se­maines, je prends le train du ven­dre­di soir pour ve­nir la voir, le der­nier de la jour­née, ce­lui qui m’oblige à tra­cer du bou­lot à la gare pour ne pas le lou­per. J’ai l’im­pres­sion d’être dans un film d’ac­tion à chaque fois. Hip­po­lyte, 27 ans

Un ap­pel de ma ban­quière. Bas­tien, 28 ans Un dos­sier en re­tard. Je suis un pro de la der­nière mi­nute. Da­mien, 30 ans

Les cinq mi­nutes d’at­tente du test de gros­sesse. Ça fai­sait long­temps qu’on es­pé­rait la voir ap­pa­raître, cette ligne bleue… Ré­mi, 34 ans

Quand ma co­pine m’ap­pelle par mon pré­nom et mon nom. Je sais que ça va chauf­fer. Ben, 31 ans Un saut à l’élas­tique, en pa­ra­chute… J’adore les sen­sa­tions fortes. Va­len­tin, 32 ans Quand je réa­lise que j’ai ou­blié d’ache­ter le vin, alors que ça fait une heure que je pré­pare le dî­ner et que ma tar­get ar­rive dans quelques mi­nutes. Il est 20 h 19, le su­per­mar­ché du coin ferme à 20 h 30. Ch­ris­tophe, 35 ans

Voir que j’ai cinq ap­pels man­qués de ma mère. Ça me stresse en­core à mon âge. Léo, 33 ans Quand je re­marque que mon chat s’ap­prête à sau­ter sur mon éta­gère, où ab­so­lu­ment TOUT est fra­gile. Vincent, 30 ans

Le jour où on a si­gné l’achat de notre pre­mier ap­part. C’était la confir­ma­tion que nos vies chan­geaient. Jean, 28 ans Au risque de pa­raître niais… Le mo­ment où je l’ai vue pour la pre­mière fois. C’était le coup de foudre ins­tan­ta­né. Charles, 26 ans Lorsque mon pa­tron m’ap­pelle dans son bu­reau sans pré­ci­ser pour­quoi. Je flippe de me faire vi­rer, même si j’ai rien fait de mal. Na­than, 25 ans

Quand, pen­dant ce qui semble être une éter­ni­té, le lec­teur de carte bleue mou­line avant d’af­fi­cher « Paie­ment ac­cep­té ». Ga­briel, 31 ans

La fouille de sac au ci­né. Les pa­quets de M&M’s y coûtent un bras, alors j’en achète au su­per­mar­ché que je fourre dans un grand sac… Ru­dy, 22 ans

La nuit, à mo­to, quand il n’y a per­sonne sur la route… Max, 32 ans Quand Lau­ra est ap­pa­rue en robe de ma­riée au bout de l’al­lée. Mat­thieu, 31 ans De­vant chez moi, à 2 heures du mat, alors que mon co­loc dort, qu’il a lais­sé sa clé sur la porte et que je ne peux pas ren­trer. An­drea, 27 ans Le mo­ment où mon or­di plante, et que je n’ai pas sau­ve­gar­dé mon bou­lot. Le pire, c’est que ça ne me sert ja­mais de le­çon. Éric, 32 ans

Au lit avec Anaïs, quand on vient juste de com­men­cer et que je réa­lise que ma pres­ta­tion connaî­tra son bou­quet fi­nal dans 3, 2, 1… Ro­main, 29 ans

Les cliff­han­gers de ma sé­rie pré­fé­rée. Je vis tout avec mes tripes ! Zack, 34 ans Quand j’achète un vê­te­ment à ma co­pine et que j’ai un doute sur sa taille. Laurent, 30 ans

Tous les ans, je fais un check-up com­plet chez le mé­de­cin : prise de sang, tests… L’at­tente avant les ré­sul­tats, je m’ima­gine

tou­jours le pire. Alex, 32 ans Quand j’en­tends un pote crier « Tour­née de shots ! », alors que je ne tiens pas du tout

l’al­cool. Cé­dric, 27 ans La phrase : « Faut qu’on parle. » Paul, 25 ans À chaque réunion avec mon vieux groupe d’amis nan­tais, que je re­trouve deux fois par an de­puis que je vis à Mont­pel­lier. On fait tou­jours un tour de table pour sa­voir ce qu’il y a de neuf. Quand c’est au tour de Ju­lia, j’ar­rête de res­pi­rer et es­père qu’elle n’a pas ren­con­tré de mec avant que j’ose lui avouer mes sen­ti­ments. Ju­lien, 29 ans

Les len­de­mains de soi­rée, quand je re­lis les tex­tos que j’ai en­voyés à mon ex. Ka­rim, 26 ans

Chaque fois que je re­pose notre bé­bé de 4 mois dans son ber­ceau, après avoir en­fin réus­si à l’en­dor­mir… J’ai l’im­pres­sion de ma­ni­pu­ler une bombe à re­tar­de­ment. Guillaume, 34 ans

L’ins­tant qui suit une blague qui n’a fait rire per­sonne. Ju­lien, 30 ans

Quand je réa­lise que j’ai ren­dez-vous dans vingt mi­nutes à l’autre bout de la ville, et que je suis tou­jours chez moi. Sa­muel, 32 ans

Un tex­to de la fille dont je suis fou. Dès que mon por­table vibre, je me rue des­sus. Vic­tor, 25 ans. ●

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.