Les ou­tils

Il y a eu la roue, le lave-linge, puis le mi­cro-ondes. Et main­te­nant y a ça.

Cosmopolitan (France) - - RELAX -

FLEMMARDE NI­VEAU 1

LE SPRAY SO­LAIRE. Ma pro­tec­tion en va­po­ri­sa­teur. Même pas be­soin d’éta­ler, un pur bon­heur. Un poil coû­teux, certes, mais pas de sable qui se mé­lange à la crème et colle à la main.

LE CAD­DIE. On n’y pense ja­mais as­sez, un jo­li Cad­die, c’est comme un sac mais avec des rou­lettes. On peut col­ler plein de ba­zar de­dans : ser­viettes de plage, bal­lon, pa­ra­sol, bou­teille d’eau, pi­que­nique. Après, reste plus qu’à trou­ver une vic­time pour le ti­rer.

LE CALE-DOS ET LA FOUTA.

Si on est mil­lion­naire ou adepte du dé­cou­vert, on loue un tran­sat sur la plage. Si­non, on s’em­porte une fouta (beau­coup moins lourd que la ser­viette, d’au­tant que ça ne conserve pas trois mètres cubes de sable dans le maillage) et, pour le confort, la lec­ture et la vue sur mer : un cale-dos. Ce mi­ni-siège cam­ping est consti­tué d’une bande de tis­su et d’une ar­ma­ture en mé­tal, on se le cale sur les reins pour faire dos­sier et cinq heures après, on peut re­ve­nir me cher­cher, j’ai pas bou­gé d’un cen­ti­mètre. De sur­croît, pour les flem­mardes ta­tillonnes, les nou­veaux mo­dèles

adoptent plein de cou­leurs as­sor­ties à la fouta. LE SAC JACK GOMME.

Pour la ville, le vil­lage, les va­cances, toute l’an­née, les sacs de la marque Jack Gomme sont in­croya­ble­ment lé­gers, ils af­fichent un poids proche de zé­ro, je me de­mande même si ce n’est pas un poids en né­ga­tif.

LE DÉ­FROIS­SEUR. Moins fa­ti­gant que le fer à re­pas­ser et moins en­com­brant que la cen­trale va­peur, le dé­frois­seur res­semble à un gros sèche-che­veux. On le branche dans un coin, il chauffe pen­dant une mi­nute, puis on le place à quelques cen­ti­mètres du vê­te­ment po­sé sur cintre, on ap­puie sur la gâ­chette et la va­peur fait le reste. C’est pas par­fait, mais c’est suf­fi­sant – donc par­fait.

LA CHE­VILLE NERVURÉE

D’IKEA. Fi­ni les vis, fi­ni les plans, fi­ni les am­poules et les tout-à-re­faire parce que la planche B3 est à l’en­vers. Main­te­nant, cer­tains meubles ont des che­villes ner­vu­rées, il suf­fit d’en­cas­trer. Une ré­vo­lu­tion.

FLEMMARDE NI­VEAU 2

LA BA­NANE. Son re­tour dans la fa­shion n’a pas vrai­ment chan­gé son stan­ding : si on s’en sert ef­fec­ti­ve­ment pour mettre des choses de­dans et se dis­pen­ser d’un gros sac, alors c’est moche. Mais pra­tique, quand même. Mais moche. Mais tel­le­ment pra­tique.

LE RA­MASSE-BOULES

MA­GNÉ­TIQUE. La pé­tanque est un sport. Mais c’est pas pour ça qu’on s’es­quinte le dos à ra­mas­ser les boules. Le mé­tal, c’est lourd. Un pe­tit ai­mant au bout d’un fil (2,99 eu­ros chez Go Sport) : l’élé­gance à la por­tée de tous.

LES RO­BOTS. Le ro­bot as­pi­ra­teur qui fait le chien ber­ger en tour­nant tout seul dans l’ap­par­te­ment pour ra­pa­trier les mou­tons, on trou­vait dé­jà ça gé­nial (à par­tir de 300 eu­ros). Main­te­nant on a le même en ton­deuse à ga­zon (en­vi­ron 1000 eu­ros), pour pas­ser la ser­pillière (en­vi­ron 300 eu­ros), pour la­ver les vitres (en­vi­ron 300 eu­ros). Bien­tôt, R2D2 re­fe­ra mon lit et aé­re­ra ma chambre. Bon, faut du bud­get.

FLEMMARDE NI­VEAU 3

LA MA­CHINE À COUDRE

AGRA­FEUSE. C’est une ma­chine à coudre, mais comme une agra­feuse : même taille, même por­ta­bi­li­té, même ma­nia­bi­li­té. En à peine six mois de for­ma­tion et l’ar­rêt to­tal de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.