BEAUTE

L’huile, c’est vrai­ment bon pour mes che­veux? Là est la ques­tion.

Cosmopolitan (France) - - COSMO BÉBÉ - Par Em­ma­nuelle Lannes. Pho­to Em­ma­nuelle Hau­guel. Réa­li­sa­tion vi­suelle Do­mi­nique Évêque.

L’huile est ce qui se fait de mieux pour nos che­veux, elle conjugue à la fois pro­tec­tion, hy­dra­ta­tion et gla­mour. Le se­cret, en re­vanche, ré­side dans le mode d’em­ploi.

SOUS LE SO­LEIL Nos che­veux sont na­tu­rels, voire blonds mé­chés

Leur pro­blème : la déshy­dra­ta­tion ex­press, dif­fi­cile à ré­cu­pé­rer, et l’ef­fet pe­tit po­ney. En ville, quelques gouttes d’huile an­ti­oxy­dante suf­fisent, on laisse les che­veux dou­ce­ment se pa­ti­ner sous les rayons du so­leil. Et en va­cances, quand on passe en conti­nu du sec au mouillé, on adopte une huile wa­ter­proof avec filtres solaires.

Nos che­veux sont co­lo­rés en roux, cho­co­lat ou ca­fé

Leur pro­blème : les UV qui dé­na­turent et oxydent la cou­leur. Ici, on ne tran­sige pas, c’est SPF UVB/UVA et men­tion « wa­ter­proof » obli­ga­toires.

Dans les deux cas : Ja­mais sur che­veux mouillés car, gor­gés d’eau, ils n’ab­sor­be­raient pas le soin. L’as­tuce de pro : on tra­vaille l’huile avec une brosse en poils de san­glier pour qu’elle pé­nètre bien.

À LA FRAÎCHE

De la même fa­çon que la peau, après une jour­née de plein air, a be­soin de dou­ceur et de soins apai­sants, les che­veux sont éga­le­ment en de­mande. L’in­con­tour­nable ? Le bain d’huile.

Le bon choix : La­vande pour apai­ser le cuir che­ve­lu échauf­fé, ma­ca­da­mia pour sa grande af­fi­ni­té avec les pro­téines du che­veu, co­co, blin­dé en acides gras es­sen­tiels pour le cuir che­ve­lu, ar­gan ou co­prah pour la sou­plesse du che­veu... Mode d’em­ploi.

Che­veux fins : On ap­plique l’huile avant le sham­pooing, en très pe­tite quan­ti­té. Plus ? Ils ris­que­raient de res­ter fi­lasse un bon mo­ment. On pa­tiente 20 mi­nutes mi­ni­mum.

Che­veux nor­maux à su­per fri­sés :

En ca­ta­plasme des lon­gueurs aux pointes, sans tou­cher aux ra­cines. En­suite, fou­lard à la pi­rate, pour l’ef­fet cha­leur douce. On compte 1 heure, puis sham­pooing hy­dra­tant.

Dans les deux cas : Mieux vaut un bain de soin d’une heure, tous les deux jours qu’une nuit to­tale sous un casque d’huile, une fois de temps en temps. C’est la ré­gu­la­ri­té qui compte.

À LA NUIT TOM­BÉE

Deux choix s’ouvrent à nous : l’ef­fet go­mi­né et no gen­der ou le style glowy, entre Kar­da­shian et Ha­did. Le wet look : Une huile vé­gé­tale qu’on ap­plique gé­né­reu­se­ment. En­suite, on ba­lance tous les che­veux en ar­rière et on se des­sine une raie basse au peigne à larges dents. Le Bar­bie style : On mise sur des huiles sèches à l’ef­fet vi­nyle, en­ri­chies de si­li­cone.

Dans les deux cas : Quand on rentre de notre dolce fies­ta, on s’oc­cupe de nos che­veux. Huile vé­gé­tale ? On lisse ou on tresse les che­veux et on les rince avec une base la­vante douce le len­de­main. Huile sèche ? On brosse, au moins trente fois, tête en bas, pour éli­mi­ner les ré­si­dus de si­li­cone. Mer­ci à Syl­vie, soi­gneuse chez Leo­nor Greyl ; Éric De­choux, di­rec­teur du sa­lon Le Sens du Che­veu (Pa­ris 1er), et Del­phine Cour­teillle (Pa­ris 1er).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.