AU FAIT…

Cosmopolitan (France) - - SOMMAIRE - Par Ch­loé Plan­cou­laine. Illus­tra­tion Ma­rie Per­ron.

T’es là, bras des­sus bras des­sous avec ton mec en noeud pap, avan­çant avec la classe d’un couple d’os­ca­ri­sés vers le vin d’hon­neur. Ton amie Phi­lip­pa vient de dire oui à sa ché­rie, et l’émo­tion te porte jus­qu’au buf­fet. Bon, d’ac­cord, Ro­méo te porte pas mal aus­si : tu lui broies le bi­ceps pour te­nir de­bout en ta­lons fins sur les gra­viers. Pleine de re­con­nais­sance, tu lui en­voies des coeurs avec les yeux, mais au pre­mier bou­chon de cham­pagne qui saute, tu ou­blies toute gra­ti­tude : « Ché­ri, je te pré­viens, c’est toi qui conduis. » « Euh, on peut né­go­cier ? », tente ton amou­reux pris de court. Tu at­trapes une coupe et tu l’avales cul sec : « Trop tard. » Il est vert, comme le jus de ki­wi dont il de­vra se conten­ter : « Non seule­ment je t’ac­com­pagne à un ma­riage où je ne connais per­sonne mais en plus je dois le tra­ver­ser à jeun ? » Il tente d’api­toyer le ser­veur hi­lare, mais il l’a bien cher­ché. Il y a deux mois, quand Phi­lip­pa t’a pro­po­sé un lit sur place et que Mon­sieur a dé­cli­né – « J’ai pas­sé l’âge de dor­mir en dor­toir » – il a pro­mis de s’oc­cu­per de l’hô­tel. Il l’a fait, hier : deux lits ju­meaux vous at­tendent à 30 ki­lo­mètres de la fête. À 22 heures, il est tou­jours sobre quand tu l’en­traînes sur la piste, ou­bliant que tu ju­rais il y a quelques heures en­core : « Tu ne me ver­ras JA­MAIS dan­ser sur du Claude Fran­çois. » Raaaa ! Tu­lu­lu­lu­lu ! Pour une fille de prin­cipe, tu connais va­che­ment bien la cho­ré… Mais ça ne fait pas mar­rer Ro­méo, qui suit mol­le­ment avant de re­joindre sa chaise. Vu l’en­thou­siasme, pas sûr qu’il tienne jus­qu’à la pièce mon­tée… Alors quand il dé­barque vingt mi­nutes plus tard en hur­lant « NANANANANA » sur la chan­son de Ga­la, tu t’in­quiètes : tout va bien ? « Suis-moi. » Il t’en­traîne vers la voi­ture : sièges ar­rière ra­bat­tus, ma­te­las deux places dans le coffre… Waouh t’as trou­vé ça où ? « On s’en fiche. » Il dé­gaine deux coupes de champ : « À notre nuit sous les étoiles. » Sou­dain, toi aus­si tu zap­pe­rais bien la pièce mon­tée : « Al­longe-toi mon amour, fi­na­le­ment c’est moi qui conduis… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.