GOOD NEWS

Dans une fa­mille où il fau­drait plus de dix doigts pour comp­ter le nombre de cé­lé­bri­tés, Ilo­na as­sure la re­lève.

Cosmopolitan (France) - - SOMMAIRE - Par Mar­tine Tar­tour. Pho­tos Em­ma­nuelle Hau­guel. Réa­li­sa­tion Va­nes­sa Co­quet.

SSon sou­rire éblouis­sant sur notre cou­ver­ture, et son al­lure so chic dans les pages mode nous ont ren­dues ac­cro à la belle. On ne cherche même plus à sa­voir si elle res­semble à sa mère au même âge, si elle a dans le re­gard quelque chose de John­ny, ou qui rap­pelle Da­vid… Quand Ilo­na est là, elle oc­cupe l’es­pace, elle est d’une beau­té ren­ver­sante, d’une gen­tillesse in­ouïe. Star, elle pour­rait l’être, si elle n’avait pas été éle­vée par une mère qui a su gar­der les deux pieds sur terre et ses deux filles à ses cô­tés. Ilo­na est faite de ce bois-là : un an­crage à Londres, le même amou­reux de­puis six ans, une pas­sion pour le des­sin, une en­vie de de­ve­nir co­mé­dienne – et ça semble être pour bien­tôt. Elle nous dit tout… Kate Moss di­sait : « Man­ne­quin, c’est gé­nial comme deuxième mé­tier. » Même si je n’étais pas sûre à 100 % que j’étais faite pour ce mé­tier, une fois mon pre­mier shoo­ting ter­mi­né, je n’ai eu qu’une pen­sée : à quand le pro­chain ? Mais c’est im­por­tant d’avoir d’autres pas­sions. Pour ma part, j’adore la pein­ture, le ci­né­ma, la photographie. Quand on est man­ne­quin, on ne sait pas com­bien de temps ça va du­rer, avoir un plan de car­rière, c’est im­por­tant. Ra­con­tez-nous une se­maine dans la vie de Ilo­na Smet… La veille d’un shoo­ting, je force un peu plus sur le sport, je bois beau­coup d’eau pour une peau bien hy­dra­tée. Après le tra­vail, j’aime bien re­trou­ver ma fa­mille et mes amis dans des res­tau­rants – sou­vent ita­liens – parce que je ne peux pas vivre sans pâtes ! Je fais at­ten­tion à ce que je mange la plu­part du temps, mais je ne m’in­ter­dis pas un bon plat. Si je ne tra­vaille pas, je prends des cours de co­mé­die, puis je fais de longues ba­lades, je me res­source un maxi­mum à l’ex­té­rieur. Un rôle au ci­né­ma, c’est pour bien­tôt ? Chaque chose vient en son temps, mais je peux vous confier que ça ne sau­rait tar­der. Je suis fan ab­so­lue d’Emi­ly Blunt et Claire Foy. Emi­ly Blunt peut me faire rire comme pleu­rer. Claire Foy a une telle ai­sance à se trans­for­mer que ce soit en reine Eli­za­beth dans « The Crown », qu’en punk re­belle dans « Ce qui ne me tue pas », le der­nier « Mille­nium » (sor­tie le 14 no­vembre). Dans votre casque, vous écou­tez ? Ça dé­pend vrai­ment où je suis, comment je me sens. En va­cances, j’aime bien écou­ter la ra­dio, alors que chez moi, ja­mais. J’écoute beau­coup Den­nis Lloyd ou Rag’n’ Bone Man en ce mo­ment, je peux re­mettre les mêmes chan­sons en boucle ! La chan­son de votre père Da­vid que vous pré­fé­rez ? Et de John­ny Hal­ly­day ? Fa­cile, celle que je pré­fère de mon père est « Tu ne m’as pas lais­sé le temps », tout le monde peut se re­con­naître en l’écou­tant. Et de mon grand-père, c’est « Sang pour sang ». 100 000 fol­lo­wers sur Ins­ta­gram… Qu’avez-vous pos­té ré­cem­ment ? Je suis fière de pos­ter mon tra­vail, c’est un moyen de le par­ta­ger avec ceux qui me suivent. Après, j’ado­re­rais mettre plus de pho­tos de mon chien mais je pense que ce­la las­se­rait beau­coup de monde ! Slave par votre grand-mère, nor­mande par votre mère, une en­fance aux États-Unis, ins­tal­lée à Londres main­te­nant… Comment com­po­sez­vous avec ce mel­ting-pot ? Ce bras­sage, c’est moi, condi­tion­née à être ou­verte d’es­prit et to­lé­rante. J’ai une vraie soif de voya­ger, d’ap­prendre des autres, leur culture, leurs moeurs, je ne me lasse ja­mais. Les voyages, pour moi, c’est plus im­por­tant qu’un nou­veau sac ou une paire de chaus­sures. Quels se­crets avez-vous ap­pris des make-up ar­tists ? On passe un temps fou entre les mains des ma­quilleurs et des coif­feurs, donc j’en pro­fite tou­jours pour de­man­der leurs pro­duits fa­vo­ris et ceux qu’ils ne conseillent pas. Per­so, je ré­clame que le make-up n’ait pas été tes­té sur les ani­maux, heu­reu­se­ment, il y a de plus en plus de marques eco-friend­ly. On parle beau­coup, les ma­quilleurs ont sou­vent des his­toires mar­rantes à ra­con­ter. Sauf s’il est très tôt et que je glisse dans une mi­ni-sieste. Qu’est-ce qui vous fe­rait des­cendre dans la rue ? Le Uber qui m’at­tend ! Mon chien qui ré­clame de sor­tir ! Plus sé­rieu­se­ment, les mou­ve­ments an­ti-pol­lu­tion, la lutte contre le gas­pillage, tout ce qui per­met de sen­si­bi­li­ser l’homme pour sau­ver la pla­nète.

Ilo­na, égé­rie Mixa, est mise en beau­té par Ca­role Las­nier pour Mixa avec Hya­lu­ro[+], Sé­rum Hy­dra­tant In­ten­sif ; BB Crème uni­fiante Hy­dra­tant tein­té an­ti-rou­geurs ; Soin Lèvres mul­ti-confort.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.