5 CONSEILS PRA­TIQUES POUR TROU­VER L’ÉQUI­LIBRE

Courrier Cadres - - TENDANCE -

PRENDREP LE TEMPS DE DÉ­CON­NEC­TER

“S’au­to­ri­ser des temps de dé­con­nexion per­met de mieux se re­trou­ver et re­char­ger ses bat­te­ries”, af­firme Au­ré­lie Ba­quet, coach en dé­ve­lop­pe­ment pro­fes­sion­nel et per­son­nel et so­phro­logue. En ef­fet, trop de pen­sées ou de sol­li­ci­ta­tions pré­oc­cupent le men­tal et ne laissent plus la place au re­pos né­ces­saire pour ré­gu­ler notre éner­gie quo­ti­dienne. Pour conser­ver bien-être et créa­ti­vi­té, Au­ré­lie Ba­quet conseille no­tam­ment de li­mi­ter la consul­ta­tion des ou­tils nu­mé­riques au ré­veil ou le soir, d’ar­rê­ter les no­ti­fi­ca­tions au­to­ma­tiques ou en­core de pri­vi­lé­gier l’ab­sence d’écrans dans la chambre à cou­cher.

ÉVITERÉV DE S’ENS’E RA­JOU­TER

Pour évi­ter de se ra­jou­ter de la souf­france, il est es­sen­tiel se­lon Fran­çois Bes­son de faire la

dif­fé­rence entre les contraintes ex­té­rieures et celles

que l’on s’in­flige à soi-même. “Il y a beau­coup de choses que l’on ne peut pas chan­ger – la pres­sion, les ur­gences - et nous de­vons les ac­cep­ter pour évi­ter de dé­pen­ser de l’éner­gie à y ré­sis­ter et à ru­mi­ner in­uti­le­ment. On peut ain­si se concen­trer plus ef­fi­ca­ce­ment sur les choses que l’on peut chan­ger, par exemple en fai­sant des choix de prio­ri­tés ou en né­go­ciant avec son pa­tron pour or­ga­ni­ser son travail en consé­quence.”

METTRE EN PLACE UN SAS DE DÉCOMPRESSION

“Il est utile de s’ac­cor­der des sas de décompression pour lais­ser re­tom­ber les pen­sées et les pré­oc­cu­pa­tions de la jour­née, par exemple en choi­sis­sant de mar­cher plu­tôt que de prendre les trans­ports entre son lieu de travail et son do­mi­cile”, sug­gère

Au­ré­lie Ba­quet. “Pas­sez-vous une pe­tite re­laxa­tion gui­dée de quelques mi­nutes dans les s trans­ports en

com­mun pour vous rendre plus dis­po­nible à la deuxième par­tie de jour­née”, ajoute Fran­çois Bes­son. Et évi­ter, ain­si que les sou­cis pro­fes­sion­nels ne viennent pol­luer votre pré­sence en fa­mille ou avec nos proches.

PRENDRE SOIN DE SOI

“Sou­vent on est pris dans la course et on n’est pas à l’écoute de ce qui se passe en soi jus­qu’à ce qu’on

ar­rive en état de sur­chauffe”, met en garde Fran­çois Bes­son. Pour évi­ter le burn-out, ce der­nier re­com­mande d’avoir re­cours à une ac­ti­vi­té qui per­mette d’être da­van­tage en connexion avec son corps tel que le yo­ga, la mé­di­ta­tion ou la so­phro­lo­gie. Le but : “construire sa ca­pa­ci­té à être pré­sent à soi-même et à au­trui, pour prendre conscience de son état de fa­tigue ou de stress et re­con­naître lors­qu’on a be­soin de faire une pause”, dé­taille Fran­çois Bes­son.

APPRENDREAPPREN À MIEUX GÉ­RER SON TEMPS

Pour amé­lio­rer son ef­fi­ca­ci­té au quo­ti­dien, il peut aus­si être utile de s’in­ter­ro­ger sur la ges­tion de son temps. “Un ma­na­ger re­çoit en moyenne 150 e-mails par jour, il est im­por­tant de ré­ser­ver un mo­ment dans la jour­née pour les trai­ter plu­tôt que d’y ré­pondre au fil de l’eau ou en ar­ri­vant au travail, la ma­ti­née étant plus pro­pice à la ges­tion des tâches stra­té­giques”, sug­gère par exemple Ju­lie Ben­si­gnor.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.