SOR­TIE, AL­COOL, CONGÉS

Courrier Cadres - - VIE DE L’ENTREPRISE -

“Bon­jour,dé­so­lé,je ne­pour­rai­pas­ve­nir au­tra­vai­lau­jourd’hui.

J’ai­trop­bu­hier”. Vous ima­gi­nez-vous pro­non­cer cette phrase à votre N+1 ou l’ac­cep­ter de vos col­la­bo­ra­teurs ? Une en­tre­prise a sau­té le pas. Les sa­la­riés n’ont même pas be­soin de faire une phrase pour ex­pli­quer leur état. L’en­voi d’une émo­ti­cône “bière”, “ma­lade” ou “mu­sique” suf­fit. Les col­la­bo­ra­teurs ont le droit d’uti­li­ser jus­qu’à quatre jours par an pour “gueule de bois”. L’en­tre­prise qui ap­plique cette me­sure s’ap­pelle Dice. L’idée est lou­foque mais s’ex­plique tout de même par le sec­teur d’ac­ti­vi­té de la so­cié­té. Elle est spé­cia­li­sée dans la vente de ti­ckets de concerts sur smart­phone. “Tou­te­no­treé­qui­pea la­mu­si­que­dans­le­sang et­cer­tains­des­plus gros­con­trats­mu­si­caux sont­si­gné­sa­prè­sun concert”, a no­tam­ment ex­pli­qué Phil Hut­cheon, le fon­da­teur et pa­tron de Dice comme le rap­porte le Huf­fing­tonPost d’après un com­mu­ni­qué trans­mis à l’AFP.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.