Vrai-faux sur le cho­co­lat

Cuisine et Vins de France - - Sommaire - Texte : Ju­lia Guillen

Si les conquis­ta­dors l’ont ra­me­né à la cour es­pa­gnole au XVIe siècle, les Ol­mèques furent cer­tai­ne­ment les pre­miers à le dé­gus­ter, sous forme de bois­son à base de fèves de ca­cao broyées mé­lan­gées à de l’eau et agré­men­tées d’épices et d’herbes, plus de 1000 ans avant notre ère.

Le cho­co­lat blanc n’est pas

du cho­co­lat

Il ne contient qu’un dé­ri­vé qui sse trouve dans la fève de ca­cao : le beurre de ca­cao. A cette ma­tière vé­gé­tale est ajou­tée du lait, beau­coup de sucre et un arôme, en gé­né­ral de la va­nille. NNoirs ou au lait, tous les cho­co­latsc ap­portent un mi­ni­mum de 500 kcal pour 100 g. Plus un cho­co­lat af­fiche un fort pour­cen­tage en ca­cao moins il est su­cré, certes, mais plus il est gras ! La te­neur en li­pides dé­pend en ef­fet de la te­neur en ca­cao. En re­vanche, c’est dans le cho­co­lat noir que l’on trouve le plus de mi­né­raux et d’an­ti­oxy­dants, is­sus des fèves de ca­cao.

Le cho­co­lat en ta­blette n’existe pas de­puis long­temps

Même si on fa­bri­quait des pas­tilles dès le siècle, le cho­co­lat res­ta long­temps une bois­son. C’est en 1828 que le Hol­lan­dais Van Hou­ten in­ven­ta la presse per­met­tant de confec­tion­ner la poudre de ca­cao, que l’on mé­lan­gea à du sucre pour ob­te­nir du cho­co­lat so­lide. La ta­blette était née !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.