6 VINS pour vos des­serts

Cuisine et Vins de France - - Dossier Desserts - Sé­lec­tion et texte : Ca­the­rine Ger­bod - Pho­to : Laurent Rou­vrais

Avec le ti­ra­misù Mus­cat de Beaumes-de-Ve­nise

Do­maine de Durban 2013 - 10,80 €

As­so­ciée à la fram­boise fa­çon Pierre Her­mé, la fla­veur de rose est bran­chée.Alors pour­quoi se­rait-elle sy­no­nyme de «vin doux na­tu­rel pour ma­mies» lors­qu’elle s’ex­prime dans le mus­cat-de­beaumes-de-ve­nise ? Ici elle re­joint les notes de pêche blanche, lit­chi, abri­cot et clé­men­tine confite pour tra­cer un vin doux ra­cé,ponc­tué par une touche d’amer­tume. Au do­maine.

Avec la tarte au ca­fé Crémant de Bour­gogne pi­not noir

Bailly-La­pierre - 8,60 €

Sur ce des­sert vo­lup­tueux clas­sé «pe­tit bud­get», voi­ci un ef­fer­ves­cent bon mar­ché de grande classe. Le nez charme par ses notes pâ­tis­sières et sa pointe fu­mée.Sur la ri­chesse du des­sert,le crémant abat la carte de la fraî­cheur et de l’in­ten­si­té. Sa fine ef­fer­ves­cence booste la pâte, sa tex­ture cré­meuse fond sur la chan­tilly et la ga­nache.Sa per­sis­tance étonne. Au do­maine.

Avec la bûche aux ca­lis­sons Al­sace Ge­wurz­tra­mi­ner Her­ren­weg de Turck­heim

Do­maine Zind-Hum­brecht 2010 - 15,90 €

Le ge­wurz­tra­mi­ner se croque avec au­tant de gour­man­dise qu’un ca­lis­son. Ni Ven­danges tar­dives ni Sé­lec­tion de grains nobles, ce­lui-ci pos­sède tout de même de la vo­lup­té. En ex­pri­mant avec dis­tinc­tion les arômes du cé­page,il at­tise la sé­duc­tion de cette bûche. En vente chez Mo­no­prix (à par­tir du 19 dé­cembre).

Avec le sa­bayon

Ba­nyuls Ro­bert Pa­gès

Do­maine Ma­de­loc - 12 € (50 cl)

Entre les des­serts aux fruits rouges et le ba­nyuls rouge, le match est tou­jours ga­gnant grâce aux arômes gour­mands du gre­nache noir. Ici, les notes de ce­rise noire, cas­sis, pru­neau, rai­sin sec ren­voient la balle aux ce­rises ama­re­na.La pointe ca­cao­tée échange avec le mar­sa­la. La par­tie conti­nue même si le des­sert est fi­ni,pour pro­fi­ter de sa ri­chesse aro­ma­tique. Au do­maine.

Avec le gâ­teau ren­ver­sé Sau­ternes 1er Grand Cru Clas­sé

Châ­teau de Rayne Vi­gneau 2012 - 39 €

Le sau­ternes au des­sert est ce que la robe noire est à la garde-robe de fête : un in­con­tour­nable. Ce­lui-ci livre d’in­tenses sa­veurs confites et les notes rô­ties du Bo­try­tis ci­ne­rea. Ce cham­pi­gnon est la botte se­crète des li­quo­reux bor­de­lais pour concen­trer les sucres et arômes des grains de rai­sin. Il donne au vin la force pour ré­sis­ter au gin­gembre. Ou­vrez-le dès le fro­mage sur une pâte per­sillée. Chez les ca­vistes.

Avec la pav­lo­va

Ri­ve­saltes am­bré Cazes 1997 19 €

- Même ceux qui gri­macent à l’idée de goû­ter un vin doux na­tu­rel doivent se lais­ser ten­ter.Ce n’est pas la sen­sa­tion su­crée qui do­mine, mais une com­plexi­té aro­ma­tique ju­bi­la­toire entre notes d’abri­cot sec,de ca­fé,de rai­sin sec,de ran­cio,de fruits secs tor­ré­fiés. Le vin laisse la bouche libre et com­blée.Un bon­heur aus­si sur les des­serts au ca­fé ou aux fruits secs. Site In­ter­net du do­maine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.