DANS L’AIR DU TEMPS

Plus d’ex­cuses pour gas­piller

Cuisine et Vins de France - - SOMMAIRE - PAR QUIT­TE­RIE PAS­QUE­SOONE

Ten­dance éco­lo­gique et consom­ma­tion rai­son­née obligent, les ini­tia­tives an­ti­gas­pi fleu­rissent. Entre les com­mer­çants qui ne jettent plus leurs in­ven­dus et les ha­bi­tants de quar­tier qui créent un fri­go col­lec­tif, il y a de quoi faire… Vous avez en­vie de vous y mettre ? Voi­ci quelques so­lu­tions à adop­ter au quo­ti­dien.

Sou­vent, l’ali­men­ta­tion est source de gas­pillage et que ce­lui qui n’a ja­mais je­té quelques restes ou ali­ments pé­ri­més nous jette la pre­mière pierre. Pour faire face à ces pertes in­utiles et consé­quentes, de nom­breuses ini­tia­tives voient le jour.

Le boom des fri­gos par­ta­gés

Pre­mière ten­dance en vogue, les fri­gos com­muns, comme le pro­pose le site Par­tage ton fri­go. L’idée : ins­tal­ler des ré­fri­gé­ra­teurs à des­ti­na­tion de per­sonnes fré­quen­tant un même lieu de vie (un hall d’im­meuble, une mé­dia­thèque…). Cha­cun peut y dé­po­ser les ali­ments qu’il ne compte pas uti­li­ser (au mo­ment des dé­parts en va­cances ou sim­ple­ment pour ceux qui ont eu la main un peu lourde sur les courses et dont les den­rées me­nacent de se pé­ri­mer) pour qu’une autre per­sonne puisse en pro­fi­ter. In­té­res­sant aus­si, le Fri­go jaune, à ins­tal­ler au coeur même des en­tre­prises par­te­naires et dans le­quel les sa­la­riés peuvent eux aus­si dé­po­ser leur ex­cé­dent de nour­ri­ture pour en faire pro­fi­ter d’autres per­sonnes.

Vers la fin des in­ven­dus ?

Autre bonne idée pour par­ti­ci­per à ré­duire le gas­pillage : To Good To Go, une ap­pli­ca­tion qui met en re­la­tion les consom­ma­teurs avec les com­mer­çants pro­po­sant des in­ven­dus. Au lieu de fi­nir à la pou­belle, ces der­niers sont pro­po­sés en fin de ser­vice à des prix bra­dés. Du cô­té des ap­pli­ca­tions et autres sites ma­lins, on aime aus­si Qui­toque, qui pro­pose la li­vrai­son de pa­niers re­cettes à cui­si­ner soi-même avec la juste quan­ti­té d’in­gré­dients, pour évi­ter de je­ter quoi que ce soit une fois le re­pas réa­li­sé.

Trop bons ces lé­gumes moches !

Au­tre­fois re­lé­gués à la pou­belle, les lé­gumes consi­dé­rés comme non ca­li­brés ont dé­sor­mais une autre vie. Bap­ti­sés avec hu­mour « lé­gumes moches », ils sont pro­po­sés à des ta­rifs avan­ta­geux dans cer­tains ré­seaux de dis­tri­bu­tion (comme les In­ter­mar­ché ou cer­taines su­pé­rettes d’un genre nou­veau, dont une à Rennes bap­ti­sée NOUS). Ces lieux de vente pro­posent des pro­duits écar­tés par les gros dis­tri­bu­teurs, comme des fruits moches ou d’autres pro­duits ayant un em­bal­lage abî­mé. Quant au site Zé­ro-Ga­chis, il ré­per­to­rie les pro­duits à consom­mer ra­pi­de­ment (en bé­né­fi­ciant d’une ré­duc­tion, pou­vant al­ler jus­qu’à – 70 %). Le site Graapz ré­cu­père en­fin les fruits et lé­gumes is­sus des in­ven­dus des com­mer­çants de quar­tier. Vous n’avez plus qu’à al­ler les cher­cher chez le com­mer­çant en ques­tion pour un tout pe­tit prix (3 kg pour 6 eu­ros). Et voi­là des fruits et lé­gumes sau­vés de la pou­belle en quelques clics !

Les étoi­lés aus­si

Cer­tains grands chefs, à l’ins­tar de Si­mone Za­no­ni (Le George, à Pa­ris), ap­portent les dé­chets de leurs cui­sines chez Les Al­chi­mistes, start-up en plein coeur de Pa­ris qui, grâce à une nou­velle tech­no­lo­gie, les trans­forme en com­post qui ser­vi­ra à en­ri­chir… les po­ta­gers des mêmes chefs. Rien ne se perd.

Les lé­gumes moches, tout aus­si sa­vou­reux, mais beau­coup moins chers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.