BANC D’ES­SAI

Gour­mande et ra­fraî­chis­sante, cette bois­son inonde les rayons. Entre pommes bio, fil­tra­tion, sucres ajou­tés… pas fa­cile de faire son choix. Notre ju­ry vous y aide en tes­tant ces 8 jus de pomme.

Cuisine et Vins de France - - SOMMAIRE - TEXTE ET RÉA­LI­SA­TION ALICE JAUF­FRET

Les jus de pomme

Si l’on en croit le dic­ton, « une pomme chaque ma­tin éloigne le mé­de­cin ». Avec des mil­liers de va­rié­tés à tra­vers le monde, ce fruit à pé­pins est sur­tout connu pour sa vi­ta­mine C, né­ces­saire au bon fonc­tion­ne­ment de l’or­ga­nisme. Plus ré­cem­ment, des cher­cheurs ont aus­si dé­cou­vert la pré­sence d’an­ti­oxy­dants qui pro­tègent nos cel­lules. La pomme est donc à cro­quer ou à boire sans mo­dé­ra­tion ! Pe­tit tour d’ho­ri­zon des étapes de fa­bri­ca­tion et des dif­fé­rences entre les jus que l’on re­trouve en su­per­mar­chés.

Les mé­thodes de pro­duc­tion

Que ce soit pour une fa­bri­ca­tion ar­ti­sa­nale ou in­dus­trielle, il faut de 1,3 kg à 3 kg de pommes pour fa­bri­quer 1 l de jus. Le plus sou­vent, plu­sieurs va­rié­tés de pommes sont mé­lan­gées afin d’équi­li­brer les sa­veurs et de don­ner un jus plus agréable à boire. Aux alen­tours du mois d’oc­tobre, les fruits ra­mas­sés sont tout d’abord triés puis net­toyés. Les pommes vont en­suite être râ­pées et c’est à l’is­sue de cette étape qu’elles pour­ront être pres­sées pour en ex­traire le jus. Ce jus se­ra pas­teu­ri­sé (trai­te­ment par chauf­fage afin d’éli­mi­ner les bac­té­ries), une ou deux fois en fonc­tion de l’ex­ploi­ta­tion, puis mis en bou­teille. Avant cette ul­time étape, les jus in­dus­triels sont le plus sou­vent cla­ri­fiés et fil­trés pour leur don­ner une cou­leur claire et brillante.

Com­ment choi­sir ?

Dans les rayons des su­per­mar­chés, il existe de nom­breuses ré­fé­rences, et les éti­quettes sont par­fois dif­fi­ciles à dé­chif­frer, voi­ci quelques clés pour les com­prendre.

Un « jus de pomme frais » ne contient que du jus, sans sucre ni conser­va­teurs. Il se conserve au frais. Un « 100 % pur fruit » ne contient que du jus de pomme mais il a été pas­teu­ri­sé, c’est-à-dire chauf­fé pour éli­mi­ner des bac­té­ries, ce qui per­met de le conser­ver plus long­temps. Lors­qu’il est pré­ci­sé « à base de jus de pomme concen­tré », le jus est ob­te­nu à par­tir d’un si­rop. Le jus frais a alors été déshy­dra­té, puis ré­hy­dra­té après son tran­sport. Il au­ra per­du la ma­jo­ri­té de ses arômes na­tu­rels. De même, les étapes es­thé­tiques de fil­tra­tion et de cla­ri­fi­ca­tion ré­duisent consi­dé­ra­ble­ment les arômes na­tu­rels et les va­leurs nu­tri­tion­nelles de la pomme.

Il est donc pré­fé­rable de choi­sir des jus

« 100 % pur fruit » qui sont troubles puisque non fil­trés, c’est d’ailleurs l’un de ceux-ci qui a ob­te­nu la meilleure note de notre test.

100 % pur fruit, dont 47 % de pommes sans autre sucre que ce­lui des fruits. 3,50 € (250 g), Ra­pun­zel, en ma­ga­sin bio.

NOTRE JU­RYDe gauche à droite,Alexandre Sol­lin, at­ta­ché de presse du Prin­temps du goût, Alice Jauf­fret, jour­na­liste chez CVF, Pierre-Em­ma­nuel Ra­cine-Jour­dren, co­fon­da­teur des cidres Sas­sy et So­phie Me­nut-Yo­va­no­vitch, ré­dac­trice en chef de CVF.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.