ENVELOPPEMENTS

DU CORPS EN­TIER Chaque cou­leur ir­ra­die une vi­bra­tion qui sti­mule ou apaise cer­taines de nos fonctions cor­po­relles et men­tales.

Cuisine Sante - - Le Diabète -

Eten­dez sur le lit deux cou­ver­tures de laine,

une dans le sens de la lon­gueur, un dans le sens de la lar­geur, et par-des­sus le tout, un drap sec de 200 par 200 en­vi­ron, et un autre, mais hu­mide.

Le pa­tient doit se cou­cher sur tous les tis­sus et pla­cer, grâce à l’aide d’une autre per­sonne, un mor­ceau de tis­su hu­mide et froid sur la poi­trine. En­suite, re­pliez tous les tis­sus soi­gneu­se­ment sur le dia­bé­tique, en le cou­vrant les pieds au buste. Il faut res­ter ain­si deux heures, en ou­vrant les tis­sus dans une in­ter­valle d’une de­mi-heure à trois quart d’heure pour hu­mi­di­fier le tis­su in­té­rieur.

Après la séance, le pa­tient doit res­ter en­ve­lop­pé dans un tis­su chaud et sec pen­dant une heure au lit, le temps que l’hu­mi­di­té du corps s’éva­pore, puis se re­po­ser en­core une heure. La chro­mo­thé­ra­pie se base sur le concept que les cou­leurs peuvent ai­der notre corps à se ré­équi­li­brer et de re­trou­ver sa san­té. Vé­hi­cu­lées par la lu­mière, les cou­leurs pour­raient in­fluen­cer sur notre vi­ta­li­té. Sou­vent as­so­cié à d’autres thé­ra­pies al­ter­na­tives, la chro­mo­thé­ra­pie peut s’ef­fec­tuer par une ex­po­si­tion aux rayons lu­mi­neux co­lo­rés par une lampe spé­ciale ou une lampe ha­lo­gène à fibre op­tique co­lo­ré. En fonc­tion de cas, le pa­tient est plon­gé dans un "bain de cou­leur", ou on ap­plique des rayon­ne­ments plus in­tenses pré­ci­sé­ment sur la zone af­fec­tée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.