NOU­VELLES RÉ­GIONS

Décisions - - Sommaire -

RIEN NE VAUT UNE BONNE CARTE

Le tou­risme est l’un des su­jets dont tout le monde peut s’em­pa­rer fa­ci­le­ment. Du coup, des idées re­çues traînent ici et là. Rien de tel pour les re­mettre en ques­tion que de re­lire des cartes is­sues des sta­tis­tiques.

Les cartes parlent et leurs dis­cours sont di­rects. Ils nous ren­voient à des faits simples qui peuvent ou­vrir de nou­velles pers­pec­tives. Nous sa­vons tous que dans le tou­risme, le monde at­tire le monde. Si l’on ob­ser ve les cartes pro­duites dans le re­mar­quable At­las du Tou­risme en France (Ab­del Khia­ti, DGE, mai 2018), on ob­serve d’abord que l’offre d’hé­ber­ge­ment en cam­pings est très ma­jo­ri­tai­re­ment axée sur le lit­to­ral. L’At­lan­tique, la Manche et la Mé­di­ter­ra­née concentrent une très grande par­tie de l’offre. Puis le quart in­té­rieur du Sud-Est, qui donne quelques cou­leurs au tou­risme ru­ral et 5 zones à l’in­té­rieur qui sont la Dor­dogne et son pour­tour, la Val­lée de la Loire, l’Ile de France, l’ex-Nord-Pas-de-Ca­lais et les Vosges. À l’in­verse, de vastes es­paces libres sont no­tables sur un im­mense axe Nord-Est et Sud-Ouest, dans les zones ru­rales et y com­pris en pé­ri­phé­rie des villes. Ce point étonne car la proxi­mi­té de villes de­vrait na­tu­rel­le­ment at­ti­rer des sé­jours d’étapes en cam­ping ou en lo­ca­tions de plein air tant la for­mule est souple. Tou­louse, Bor­deaux, Nantes, Reims, et bien d’autres villes, no­tam­ment moyennes et pe­tites, mais à fort ca­chet, comme celles au Nord-Nord-Est de Pa­ris sont au­jourd’hui peu pour­vues en cam­pings. Or on constate une pro­pen­sion aux courts sé­jours de proxi­mi­té, au dé­ve­lop- pe­ment des loi­sirs de plein air tels que le VTT ou les ba­lades à vé­lo élec­trique, le jog­ging, la ran­don­née et tout ce­la à une ou deux heures de chez soi. Il me semble qu’il existe là des pos­si­bi­li­tés de re­prises et mo­der­ni­sa­tions de vieux cam­pings, voire de créa­tions à condi­tion de dis­po­ser du ter­rain ou d’un bud­get consé­quent. L’of fre HPA est his­to­ri­que­ment construite à par­tir d’em­pla­ce­ments de pas­sage ou de lo­ca­tions de courtes du­rées. Le cam­ping, c’est les va­cances. Sauf dans les Hauts de France, l’Ile de France et la Nor­man­die où la fonc­tion ré­si­den­tielle a été long­temps im­por tante, voire a pré­va­lu dans le Nord, le Pas-de-Ca­lais et la Somme. Mais on as­siste à un dé­ve­lop­pe­ment sen­sible de ce mar­ché ré­si­den- tiel sur tout l’axe At­lan­tique ain­si que sur la Mé­di­ter­ra­née. La re­cette est connue : de bons em­pla­ce­ments loués pour une longue pé­riode à une clien­tèle at­ta­chée au lieu, qui sou­vent achète et re­nou­velle son hé­ber­ge­ment sur place. Les jeunes grands- pa­rents ur­bains y trouvent un es­pace confor-

Le tou­risme ci­ta­din marque des points. Bien sûr, si Pa­ris reste tou­jours en tête, de nom­breuses villes, grandes ou moyennes pos­sèdent un fort at­trait tou­ris­tique mais, cu­rieu­se­ment, ne dis­posent pas d’hé­ber­ge­ments en cam­ping en pro­por­tion. Des points de « ter­ra in­co­gni­ta » sur la carte cer­tai­ne­ment à dé­ve­lop­per.

Les des­ti­na­tions tou­ris­tiques des ré­si­dents fran­çais

L’offre d’hé­ber­ge­ments en cam­pings

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.