La rhu­barbe, bonne à plan­ter et à chou­chou­ter

Détente Jardin - - Cahier Pratique • Potager -

La rhu­barbe, dont le nom si­gni­fie « ra­cine bar­bare », ne sau­rait ca­cher son ori­gine nor­dique : elle aime la fraî­cheur et la pro­fon­deur.

Un sol fer­tile

Pour de belles ré­coltes, abri­tez-la du so­leil de l’été, et of­frez-lui un sol fer­tile en pro­fon­deur. Une fosse de com­post pro­fonde d’un mètre et ins­tal­lée au pied d’un mur orien­té au nord : c’est là qu’au­tre­fois on ins­tal­lait la rhu­barbe, pour des ré­coltes plan­tu­reuses. Au sud de la Loire, n’en es­pé­rez pas au­tant…

Rouge ou verte ?

Les Bri­tan­niques consomment la rhu­barbe for­cée sous cloche alors qu’on la pré­fère « de plein air » de ce cô­té-ci de la Manche. Si la va­rié­té la plus com­mune est ‘Victoria’, en­tiè­re­ment verte, celles à pé­tioles rouges comme ‘Fram­bo­zen Rood’ ou ‘Mi­koot’ ont plus de par­fum et sont tout aus­si vi­gou­reuses.

Un ter­ri­toire mar­qué

La rhu­barbe dé­teste la concur­rence, sur­tout lors­qu’elle est en­core jeune. Dé­sher­bez mi­nu­tieu­se­ment l’em­pla­ce­ment de plan­ta­tion et tra­vaillez la terre bien en pro­fon­deur. Il n’est pas be­soin de l’amen­der, mais les ma­tières par­fai­te­ment dé­com­po­sées aident son ins­tal­la­tion.

Fleur de lé­gende

On dit sou­vent que la rhu­barbe de­vient toxique dès qu’elle fleu­rit, ce qui est faux. Mais re­ti­rer les hampes flo­rales en­cou­rage la for­ma­tion du feuillage, qui sans ce­la a ten­dance à se mettre en re­pos… Le feuillage non consom­mé fait un ex­cellent pu­rin an­ti-in­sectes, di­lué et pul­vé­ri­sé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.