QU’EST-CE QUE LES SOUND STU­DIES ?

Le son, à la dif­fé­rence des notes, n’avait ja­mais été beau­coup étu­dié par la re­cherche jus­qu’à l’émer­gence des Sound Stu­dies. Celles- ci s’in­té­ressent, dans une ap­proche glo­bale, à la réa­li­té so­nore qui nous en­toure.

De Ligne en Ligne - - Venez ! - Ber­na­dette Vincent, Bpi

Les Sound Stu­dies sont un champ d’étude se si­tuant à l’in­ter­sec­tion de la mu­si­co­lo­gie, des sciences de l’in­for­ma­tion et de l’an­thro­po­lo­gie. Les cher­cheurs amé­ri­cains Tre­vor J. Pinch et Ka­rin Bi­js­ter­veld les dé­fi­nissent en 1977 comme l’étude de « la production et de la ré­cep­tion de mu­siques, sons, bruits et si­lence » et de leur évo­lu­tion « à tra­vers l’his­toire et dans les dif­fé­rentes so­cié­tés ». En France dans les an­nées 1970, Jacques At­ta­li écrit un livre fon­da­teur pour les Sound Stu­dies : Bruits, Es­sai sur l’éco­no­mie po­li­tique de la mu­sique, et Jean-fran­çois Au­goyard crée le Centre de re­cherche sur l’es­pace so­nore et l’en­vi­ron­ne­ment ur­bain (CRES­SON). Mais la dis­ci­pline n’émerge pas réel­le­ment avant les an­nées 2010.

Toute écoute est si­gni­fiante

En­re­gis­tré, dif­fu­sé, mo­di­fié, le son par­ti­cipe de tous les grands évé­ne­ments po­li­tiques des Xxème et Xxième siècles. On peut prendre pour exemple l’uti­li­sa­tion de la mu­sique me­tal comme moyen de tor­ture à Guan­ta­na­mo. Le verbe « en­tendre » laisse croire à une cer­taine pas­si­vi­té qui est trom­peuse, toute écoute est si­gni­fiante. Ain­si le cher­cheur amé­ri­cain Su­manth Go­pi­nath pro­pose une ana­lyse de la son­ne­rie, qui est un son cen­tral dans l’his­toire éco­no­mique, po­li­tique et ar­tis­tique oc­ci­den­tale : son­ne­ries d’usine, klaxons ou alarmes an­ti­vol fa­çonnent notre quo­ti­dien so­nore. Que se­raient les films po­li­ciers sans les son­ne­ries de té­lé­phone qui ponc­tuent l’in­trigue, de­ve­nant des élé­ments clés du scé­na­rio ? Le son joue éga­le­ment un rôle es­sen­tiel dans l’ar­chi­tec­ture et l’ur­ba­nisme avec les ques­tions de lutte contre la pol­lu­tion so­nore : l’har­mo­nie so­nore de la ville est un ho­ri­zon dif­fi­cile à at­teindre.

La mu­sique entre acte ar­tis­tique et ou­til de ma­ni­pu­la­tion La mu­sique reste un su­jet d’étude pri­vi­lé­gié des Sound Stu­dies. Contrai­re­ment à ce qu’en fait la mu­si­co­lo­gie, elle n’est pas pen­sée comme une es­thé­tique, mais comme un si­gni­fiant en re­la­tion avec d’autres si­gni­fiants so­nores. Les liens entre mu­sique et éco­no­mie sont par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sants : l’uti­li­sa­tion de la pre­mière dans les mes­sages pu­bli­ci­taires par­ti­cipe du sto­ry­tel­ling des marques et du ca­pi­ta­lisme en gé­né­ral. Par exemple, en 1971, une vi­déo pu­bli­ci­taire de Co­ca-co­la, Give the World a Coke, montre des jeunes de toutes na­tio­na­li­tés, chan­tant en coeur, une bou­teille de so­da à la main. Cette chan­son qui re­prend des codes mu­si­caux de la mu­sique hip­pie par­ti­cipe à la construc­tion de l’image de l’en­tre­prise, comme bien­fai­trice de l’hu­ma­ni­té, dé­pas­sant les cli­vages eth­niques et po­li­tiques dans le contexte de la guerre du Viet­nam. L’an­née sui­vante, elle est re­prise par le groupe The New See­kers : I’d Like to Teach the World to Sing de­vient un tube aux États-unis, brouillant ain­si la fron­tière – tou­jours po­reuse – entre la mu­sique comme acte ar­tis­tique et comme ou­til de ma­ni­pu­la­tion.

Dis­po­si­tif de lo­ca­li­sa­tion so­nore mis au point à la fin des an­nées 1920 pour dé­tec­ter les avions

Cycle : Place aux re­vues Po­li­tiques so­nores Lun­di 16 no­vembre 19 heures, Pe­tite Salle

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.