DOURDAN

LE PAR­FAIT STYLE « PHILIPPIEN »

Detours en France Hors-série - - Sommaire -

Quand il fait éle­ver, vers 1220, un nou­veau châ­teau dans la ville royale de Dourdan, des­ti­né no­tam­ment à dé­fendre Paris, le roi de France Phi­lippe Au­guste est à la fin de son règne. Il en est aus­si à son apo­gée, après la vic­to­rieuse ba­taille de Bou­vines (1214) : il a éten­du la sou­ve­rai­ne­té capétienne, ren­for­cé l’au­to­ri­té royale et jouit d’une as­sez grande po­pu­la­ri­té. Ce châ­teau fort de Dourdan consti­tue ain­si pro­ba­ble­ment l’exemple le plus ache­vé qui nous soit par­ve­nu des châ­teaux dits « phi­lip­piens »…

LE TRIOMPHE DE LA GÉO­MÉ­TRIE Il est bâ­ti to­ta­le­ment en pierre, sur un plan qua­dran­gu­laire, flan­qué de tours ar­ron­dies et en­tou­ré de larges fos­sés. Il dis­pose d’un puis­sant don­jon cir­cu­laire qui, nou­veau­té, n’est plus éri­gé au coeur de l’en­ceinte. Le châ­teau philippien marque une rup­ture importante dans l’art cas­tral : pour la pre­mière fois, un mo­dèle ré­gu­lier et géo­mé­trique s’im­pose, vé­ri­table marque de puis­sance et d’ordre ren­voyé par le pou­voir royal. Fa­laise, Rouen… Ces édi­fices se dé­ve­loppent un peu par­tout dans le royaume aux alen­tours de 1200, construits sur le plan du châ­teau du Louvre, édi­fié à par­tir de 1190 – on peut en voir au­jourd’hui les ves­tiges dans la crypte ar­chéo­lo­gique du mu­sée. Il est éga­le­ment no­va­teur, car, face à l’évo­lu­tion des ma­chines de jets, le châ­teau s’adapte con­crè­te­ment à la dé­fense ac­tive. La preuve à Dourdan. Haut de vingt-six mètres, le don­jon, sur trois ni­veaux, prend la place de l’une des tours d’angle pour pou­voir jouer un rôle dans la contre-attaque. Il n’est plus le lieu de

vie du sei­gneur (qui ha­bite dans un lo­gis à l’in­té­rieur de l’en­ceinte), mais de­vient un poste de com­man­de­ment en cas de siège. Les ar­chères sont plus nom­breuses et ap­pa­raissent les hourds, ces ga­le­ries de bois pré­cur­seurs du mâ­chi­cou­lis, qui per­mettent à tra­vers des trous de lan­cer des pro­jec­tiles au pied de la for­te­resse. Plus de pont fixe, dé­trô­né par le pont-le­vis.

S’ÉCLIP­SER POUR MIEUX SUR­PRENDRE Quant à la porte d’en­trée, en­ca­drée par deux tours et dé­fen­due par une herse et un as­som­moir, elle de­vient à elle seule un vé­ri­table ou­vrage défensif ! Voyez aus­si les po­ternes, ces mi­nus­cules portes in­sé- ré­es à la base des tours pour per­mettre de sor­tir en toute dis­cré­tion en vue d’une contre-attaque… Ce mo­dèle peu vo­lu­mi­neux, adap­table dans n’im­porte quelle géo­gra­phie, est si ef­fi­cace qu’il est adop­té jusqu’à la fin du Moyen Âge – voir les châ­teaux d’an­gers ou la tour de Cons­tance à Aigues-mortes. Il s’ex­porte même : son influence est no­tam­ment vi­sible au Proche-orient avec le krak des che­va­liers (Sy­rie), dans les construc­tions des che­va­liers teu­to­niques en Eu­rope de l’est ou en­core dans celles du roi d’an­gle­terre Édouard Ier au pays de Galles. Bien que re­ma­nié dans un style plus go­thique par Jean de Ber­ry, frère de Charles V, puis en par­tie dé­vas­té par les An­glais au xve siècle, le châ­teau de Dourdan est pro­ba­ble­ment l’un des exemples les mieux conser­vés. Il a été mis en va­leur au xixe siècle par l’his­to­rien Jo­seph Guyot puis par la ville, qui en est au­jourd’hui le pro­prié­taire et l’ouvre aux vi­si­teurs. |

DE LA PLATE-FORME DU DON­JON, VUE SUR LES VES­TIGES DE LA VIEILLE FO­RÊT D’YVE­LINE

Bâ­ti to­ta­le­ment en pierre (entre 1220 et 1222) sur un plan qua­dran­gu­laire, flan­qué de tours ar­ron­dies et en­tou­ré de larges fos­sés, avec son puis­sant don­jon cir­cu­laire qui, nou­veau­té, n’est plus éri­gé au coeur de l’en­ceinte : le châ­teau philippien marque une rup­ture importante dans l’art cas­tral. Ma­quette vi­sible dans le mu­sée du châ­teau de Dourdan.

Un fort en pierre de grès taillée est en­cla­vé dans la mu­raille por­teuse du don­jon.

Dans le sou­ter­rain du don­jon som­meille la lé­gende de la pierre de Dourdan : « Qui touche à la pierre de Dourdan pé­rit par l’eau »…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.