YO­HANN MA­TEO ALBALADEJO

Detours en France Hors-série - - Portraits -

Moi et Guédelon, c’est tout une his­toire ! J’ha­bite une mai­son der­rière le chan­tier, dans la fo­rêt.

Ma mère l’a ache­tée dans les an­nées 1980. J’ai sui­vi l’évo­lu­tion de Guédelon de­puis le tout dé­but. D’abord je me suis de­man­dé qui étaient ces hur­lu­ber­lus qui ve­naient s’ins­tal­ler dans mon coin à cham­pi­gnons. J’étais très loin d’ima­gi­ner, comme tout le monde dans la ré­gion, que le chan­tier au­rait un tel suc­cès !

J’ai un par­cours un peu par­ti­cu­lier. J’ai long

temps été ac­teur de théâtre. J’ai aus­si fait pas mal d’autres mé­tiers, comme an­ti­quaire par exemple. Co­mé­dien, ça laisse par­fois du temps libre… Je connais Ma­ry­line Mar­tin de­puis long­temps, elle ve­nait me voir jouer au théâtre. J’ai tour­né au­tour du pro­jet pendant des an­nées. Et puis c’était in­évi­table, un jour, j’en ai eu as­sez de cou­rir par monts et par vaux après les ca­chets. Je suis re­tour­né m’ins­tal­ler dans ma pe­tite mai­son et j’ai pos­tu­lé. C’était co­hé­rent. J’adore l’his­toire, j’adore le bâ­ti an­cien, et puis j’adore le théâtre aus­si. Ici, on ac­cueille 300 000 per­sonnes par an, dont 80 000 sco­laires, alors du théâtre, il en faut ! J’adore ça ra­con­ter des

his­toires. Et puis, ce qui n’est pas né­gli­geable, je peux ve­nir au bou­lot à pied ! Quand j’ai pos­tu­lé, un des meu­niers ve­nait de par­tir à la retraite. Ma­ry­line cher­chait quel­qu’un

qui puisse le rem­pla­cer. J’ai ap­pris le mé­tier sur le tas. Per­sonne n’est for­mé à faire tour­ner un mou­lin du Moyen Âge. J’ai ap­pris à faire de la mou­ture et j’adore ce mé­tier. C’est l’oc­ca­sion de mon­trer aux gens que le Moyen Âge n’est pas la pé­riode obs­cure que l’on croit. C’est l’âge des bâ­tis­seurs. Ils sa­vaient faire plein de choses ex­tra­or­di­naires. C’est aus­si l’en­droit idéal pour ré­flé­chir au monde mo­derne. Ici, on montre aus­si aux gens ce que l’on peut faire avec des ma­té­riaux na­tu­rels et lo­caux. On montre que nos an­cêtres pou­vaient construire des mai­sons saines, belles et qui pou­vaient du­rer des siècles. Ar­ri­ver à faire tour­ner une en­tre­prise avec ces idées, ça laisse un peu d’es­poir sur le monde mo­derne, sur ce monde de fous. On peut en­core faire de très belles choses !

47 ans - ori­gi­naire de Bour­gogne - Mé­tier : meu­nier - À Guédelon de­puis : 2 saisons

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.