JEANNE D’ ARC, UNE HIS­TOIRE DE MYTHES

Detours en France Hors-série - - Centre -

De la Pu­celle de Lor­raine, cha­cun connaît l’image d’épi­nal et le par­cours mé­téo­ri­tique. Trois an­nées de lutte, de 1429 à 1431, pour fi­nir sur le bû­cher. Dès l’ori­gine, elle est un mythe que cha­cun tord et fa­çonne à sa conve­nance politique : ses contem­po­rains, qui voient aus­si­tôt le par­ti que l’on pou­vait ti­rer de cette vierge mys­tique ; ceux qui, un quart de siècle après sa mort, re­vi­sitent, pour la plus grande gloire du royaume, son pro­cès et son image pu­blique ; ceux qui en font, au xixe siècle, un hé­raut du sen­ti­ment na­tio­nal, sainte laïque ou sainte tout court se­lon les pré­fé­rences ; ceux qui, sous Vi­chy, la ré­cu­pèrent pour son « an­glo­pho­bie ». On compte à son su­jet plus de qua­rante thèses op­po­sant his­to­riens or­tho­doxes et ico­no­clastes. Les­quels sou­tiennent que son bû­cher fut une mas­ca­rade et que Jeanne, ren­trée au pays, y cou­la de longs jours tran­quilles… Une chose est sûre et scien­ti­fique grâce à l’an­thro­po­lo­gie ju­di­ciaire : les os cal­ci­nés conser­vés à son nom sont ceux de plu­sieurs mo­mies égyp­tiennes. Dont un chat.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.